Discret l’été dernier avec deux renforts seulement, Dani Ceballos et Theo Hernandez, le Real Madrid devrait vivre un nouveau mercato assez calme. Et pourtant, les rumeurs ne cessent de pleuvoir, de l’arrivée annoncée de Kepa (Athletic Bilbao) toujours attendue, à l’intérêt pour Gonçalo Guedes (prêté par le Paris SG à Valence), en passant par l’insistante rumeur Neymar (Paris SG) à la une de Marca ce vendredi notamment. Toutefois, si l’on se réfère aux récentes déclarations de Zinedine Zidane sur le sujet, les pensionnaires du Santiago Bernabeu n’ont pas l’intention de passer à l’action en janvier.

Le technicien merengue l’a d’ailleurs réaffirmé ce vendredi en conférence de presse, justifiant cette position plutôt inhabituelle pour la Casa Blanca, souvent animatrice des marchés des transferts. « Oui, je comprends que les gens s’interrogent pourquoi nous ne nous renforçons pas cet hiver. S’il y a un joueur que tu veux et qu’il est disponible, cela peut me paraître bien de le recruter, mais je ne vois rien ni personne qui puisse améliorer cela », a-t-il lancé avant d’ajouter. « Ou la situation peut changer, mais on verra ça en juin ».

Fatigué des critiques

Droit dans ses bottes, ZZ reste fidèle au discours tenu depuis plusieurs semaines maintenant. Et s’il suit sa ligne de conduite, c’est que l’entraîneur, élu coach français de l’année 2017 par France Football et son jury, considère que tout n’est pas si noir du côté de la capitale espagnole. Il s’est encore une fois ému des critiques parfois injustifiées au sujet de son équipe. « Je suis fatigué d’entendre que le Real Madrid va mal. Il est facile de dire que tout va mal », a-t-il lâché avant d’ajouter.

« Mais vous savez que tout n’est pas négatif ici. C’est très bien de parler en mal du Real Madrid, ça vend plus », a-t-il indiqué, balayant la thèse d’une crise. « La situation n’a pas changé et nous devons être positifs, nous sommes encore en lice dans toutes les compétitions et il faut continuer comme ça. Nous ne sommes pas aussi mal qu’on veut bien le dire », a-t-il conclu. Ferme, Zinedine Zidane tient le cap. N’en déplaise à certains observateurs...