Révélation oubliée. Sergio Canales (20 ans) est passé en quelques mois du statut de star au Racing Santander (6 réalisations en 26 rencontres en Liga) à celui d’intermittent du spectacle au Real Madrid (7 apparitions). Une trajectoire que le meneur de jeu reste toutefois persuadé de pouvoir inverser dans les prochains mois. C’est en tout cas ce qu’il a déclaré dans les colonnes du quotidien sportif espagnol Marca, confiant même qu’il a refusé de quitter la Casa Blanca cet hiver.

« J’ai discuté avec le club et avec l’entraîneur, et ils m’ont toujours transmis énormément de confiance, donc, quand tu es dans une équipe aussi grande et que tu te sens soutenu, tu veux rester », a-t-il expliqué avant d’ajouter. « Et de plus, je suis très heureux avec mes partenaires et je me sens désiré par les supporters. Cela m’aide énormément ». L’international espoirs espagnol a d’ailleurs insisté sur l’importance de José Mourinho cette saison.

« C’est vrai, que j’ai eu une discussion avec lui, mais rien de plus. (…) Nous entretenons une relation normale, d’entraîneur à joueur. (…) Mis à part le fait qu’on parle d’un grand entraîneur qui a tout gagné, sa manière de gérer les joueurs est très bonne et sa façon de préparer les matches est excellente », a-t-il confié. Concerné, le natif de Santander entend apporter sa pierre à l’édifice pour aider les Merengues à atteindre leurs objectifs.

« L’équipe est préparée à lutter pour les trois titres. (…) Je suis concentré sur les objectifs du Real Madrid. Aujourd’hui, je ne pense qu’à être prêt à jouer quand l’entraîneur et l’équipe auront besoin de moi », a-t-il lancé, écartant pour l’instant toute velléité de départ. « D’ici cet été, nous aurons le temps de parler et de décider quoi faire ». Une discrétion et un discours qui ne sont pas sans rappeler Karim Benzema lorsque celui-ci n’était pas au mieux.

« Karim est bon car il était déjà bon. Ce qu’il se passe, c’est que tout joueur, sans exception, a besoin de la confiance de son entraîneur. Aujourd’hui, il l’a et il répond de la meilleure des manières », a-t-il soufflé. Une forme de message détourné lancé au Special One. Considéré comme l’un des plus grands espoirs du football ibérique, Sergio Canales attend patiemment son heure. Le Real Madrid et José Mourinho sauront-ils en profiter comme Santander avant eux ? Réponse dans les prochaines semaines.