Gonçalo Guedes au FC Valence, c’était attendu depuis de longs mois, c’est désormais officiel. Le club espagnol a déboursé 57 M€ bonus inclus pour s’offrir l’attaquant du Paris SG. L’international portugais de 21 ans, accueilli en véritable héros ce mardi à l’aéroport par les supporters valencians, n’a d’ailleurs pas caché sa joie de revenir là où il a brillé sous forme de prêt la saison passée (5 buts et 9 passes décisives en Liga). « Je ne m’attendais pas à voir autant de gens, le public était très chaud et je suis très content », a-t-il d’abord réagi au micro de la télévision officielle des pensionnaires de Mestalla avant de poursuivre.

« Ce furent des jours difficiles pour moi, parce que je voulais venir à Valence, j’ai toujours dit à mon agent que j’aimerais et que je voudrais rester ici. Nous avons tout fait pour revenir et je suis très content », a-t-il confié. « Je voudrais remercier Peter Lim et toute la direction du FC Valence pour l’effort qu’ils ont consenti pour me recruter. Je suis très content. Je ferai tout pour aider l’équipe et pour marquer beaucoup de buts », a-t-il lancé, prêt à tout donner pour son nouveau club.

Guedes ne jurait que par Valence

« Je veux rester très longtemps ici, je remercie le public et toutes les personnes qui ont eu confiance en moi », a-t-il lâché, sûr de sa force. « J’ai reçu beaucoup de messages de soutien, des messages pour me dire qu’on me regrettait. Je suis fier d’avoir reçu ce genre de messages et maintenant je veux montrer sur le terrain pourquoi je les ai reçus. Je donnerai tout pour remercier le public de la meilleure des manières », a-t-il indiqué, plein de motivation.

Le Lusitanien est d’ailleurs très heureux du mercato effectué par son écurie. « Le FC Valence a très bien recruté et nous avons tout pour faire une grande saison, nous allons donner le maximum à chaque match pour nous améliorer jour après jour. C’est la saison du centenaire et nous ferons tout pour grandir », a-t-il conclu. Gonçalo Guedes a eu ce qu’il voulait en revenant à Valence. À lui désormais de prouver que son bel exercice 201/18 n’était pas qu’un feu de paille.