Le mercato comporte parfois certains risques. L’AS Saint-Étienne pensait par exemple se séparer de trois indésirables cet été, à savoir Mustapha Bayal Sall (25 ans), Sylvain Monsoreau (30 ans) et Boubacar Sanogo (28 ans). Du coup, les Verts et Christophe Galtier n’ont pas hésité à les exclure du groupe professionnel, espérant qu’ils trouveraient un club au 31 août. Seulement, les trois joueurs sont toujours là. Et ils pèsent dans les finances stéphanoises.

D’après L’Équipe, le montant de leurs trois salaires annuels cumulés s’élève à 4,5 M€ ! Une somme énorme pour des éléments qui ne jouent même pas en CFA. Pour autant, le club se montre impitoyable à leur encontre. Après les avoir oubliés pour la photo officielle, il les prive désormais de vestiaire pro et de petits déjeuners à l’Étrat... Une situation que Bayal Sall a du mal à digérer.

« J’étais le "Géant Vert", le "Tarzan" de Romeyer, mon seul père en France. C’est lui, le président du club... Moi je n’ai pas été éduqué pour être un sauvage. Je crois en Dieu. J’ai de bons conseillers et je suis fort mentalement. Mais il y a des limites », a-t-il réagi dans L’Équipe. En plus du handicap financier que la situation implique, l’ASSE met le trio dans une position délicate pour retrouver un club. Étrange comme méthode de gestion...