C’était le 16 août dernier, à l’issue du match opposant le Paris Saint-Germain au Sporting Club de Bastia (victoire 2-0 des Rouge-et-Bleu). Dans un moment irrationnel et improbable, Brandão attendait Thiago Motta à l’entrée du vestiaire, afin de lui asséner un coup de tête et de filer aussi vite que possible. Un geste que la LFP a décidé de sanctionner de manière exemplaire, la Commission de discipline inglieant une suspension de six mois à l’encontre du Brésilien. Et en dépit d’un appel, la punition de l’avant-centre a été confirmée jeudi, l’ancien Stéphanois étant envoyé loin des terrains jusqu’au mois de février prochain.

N’ayant aujourd’hui plus de recours à disposition, Brandão est sorti du silence ce dimanche soir, dans une interview accordée au Canal Football Club. L’occasion pour lui de s’expliquer sur ce geste qui, encore aujourd’hui, apparait complètement hors de propos : « Je ne l’ai pas attendu pour le frapper, je voulais parler avec lui. Mon geste n’était pas prémédité. Je ne voulais pas me battre avec lui, j’ai été dépassé par mon geste, c’est pour ça que je suis parti. Je regrette mon geste, je l’ai regretté immédiatement. Je veux maintenant présenter mes excuses, car je suis un professionnel qui doit donner l’exemple aux enfants. Je m’excuse auprès de tous ceux qui ont vu ce geste ».

Pour autant, le numéro 9 reste marqué par les insultes proférées par Thiago Motta : « Pendant le match, j’ai été insulté. Je ne veux pas répéter ses propos, mais ses mots étaient très durs, blessants, pour ma famille et moi-même. Je n’ai jamais entendu de tels mots ». En tout cas, son geste lui a causé du tort, et a terni sa réputation, même si le joueur préfère ne pas y penser : « Je ne pense avoir une mauvaise image en France. J’ai joué à l’OM, l’ASSE, Bastia, j’ai marqué des buts importants, gagné des titres, en étant un guerrier qui ne lâche rien sur le terrain. Je suis à Bastia, tout ce que je veux c’est me préparer pour être en forme à mon retour et marquer des buts. Je ne pense pas à quitter la France, ce pays qui m’a tellement bien accueilli ». En attendant, loin des terrains, Brandão aura l’occasion de méditer sur ces derniers mois...