Rome ne s’est pas faite en un jour, l’OL non plus. La transition entre l’ère Bruno Genesio et la nouvelle période autour du duo Juninho-Sylvinho est compliquée. Après deux belles victoires inaugurales en championnat, le club est sur une terrible série de sept matches toutes compétitions confondues sans succès. À l’heure d’aborder une semaine décisive entre un déplacement sur la pelouse du RB Leipzig (mercredi en Ligue des Champions à suivre en live commenté ici) et à Geoffroy-Guichard dimanche pour le derby contre Saint-Etienne (à suivre également en live commenté sur Foot Mercato), les Gones sont en plein doute et sûrs de rien pour l’avenir.

Le président Aulas a déjà commencé à essayer de remettre son club dans le droit chemin et garde pour le moment confiance en ses deux Brésiliens. Le patron cherche d’abord la stabilité qui est selon lui la grande force de son club. Un homme est du même avis et ses propos intéresseront sans doute les supporters lyonnais. Il s’agit de Bruno Genesio. Désormais coach de Beijing Guoan en Chine, où il accomplit un excellent début, l’entraîneur français a livré son sentiment à BeIN Sports sur la crise actuelle à l’OL et d’après lui, il faut garder le cap et persévérer.

« Les clubs forts s’en sortent en étant ensemble »

« La force d’un club c’est la stabilité. Je ne sais pas s’il y a un manque de constance (parmi les joueurs). Il y en a quand même qui ont de l’expérience. Il faut rester ensemble. Lyon a toujours connu des moments difficiles mais s’en est toujours sorti. Il faut continuer. Les choses vont revenir dans le bon sens dès qu’une ou deux victoires vont s’enchaîner. Je me souviens l’an dernier, on avait fait 2-2 à Caen avant d’aller gagner à Manchester City et d’enchaîner. Il faut que tout le monde soit dans le même bateau. Si vous ne sentez pas autour de vous des gens pour vous aider à remonter, c’est trop compliqué », assure celui qui a conservé le surnom de Pep Genesio entre Rhône et Saône.

Pour connaître parfaitement le contexte lyonnais, le technicien français retrace ses moments de doutes et explique comment il s’en est sorti au plus fort de la crise. « J’ai eu la chance d’avoir cette osmose autour de moi à l’OL, quelles que soient les circonstances. Les clubs forts s’en sortent en étant ensemble. Le moment le plus compliqué a été l’élimination contre le CSKA Moscou (en 8e de finale de Ligue Europe en mars 2018). On jouait Marseille trois jours après. Le président est venu me voir. J’ai senti un élan derrière moi au club, avec le staff, Bernard Lacombe. Je crois que c’est comme ça qu’on règle les situations de crise », conseille Genesio. Voilà qui pourrait servir à Juninho et Sylvinho afin de résoudre les problèmes du moment.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10