Yoan Gouffran ou l’archétype du footballeur moderne. Rapide, vif, puissant, athlétique. Il possède, à lui tout seul, l’ensemble des attributs de l’artilleur. Milieu offensif ou attaquant, Gouffran a affolé les défenses aux quatre coins des terrains de Ligue 2, la saison dernière. L’élite est prévenue, Gouffran débarque.

Elu meilleur joueur UNFP - Canal + - L’Equipe des mois de septembre, janvier et mars. Meilleur joueur de Ligue 2. En 37 matches, il a fait trembler les filets à 15 reprises. Mais, qui est cet OVNI footballistique ? Un gamin d’à peine 21 ans. La nouvelle perle du Stade Malherbe de Caen.

Pur produit du centre de formation, Yoan Gouffran fait la fierté de tout le Calvados. En effet, il aura fallu attendre longtemps pour que le SMC retrouve un artilleur de ce calibre. 14 ans exactement et le départ de Xavier Gravelaine pour le PSG. Le jeune Yoan avait 7 ans à l’époque où son aîné enchaînait les buts. Alors du côté du stade Michel d’Ornano, on ne boude pas son plaisir. Surtout que le meilleur public de L2 retrouve l’élite, cette année. Et son jeune buteur devrait en être. « Pour l’instant je reste », a-t-il déclaré, avant-hier, au sortir de son premier match amical de la saison. Bien qu’il ait avoué « être toujours en discussion », il « ne veut pas se prendre la tête avec ça pour le moment ».

1m75 pour 70 kg. Gabarit tout à fait banal, le Caennais compense par une explosivité et une puissance à toute épreuve. Des heures d’entraînement, des kilomètres d’effort. Au-dessus de la moyenne, ses qualités tapent très vite à l’oeil du sélectionneur des Bleuets, René Girard. Sa belle prestation lors de l’Euro 2006 laisse augurer un avenir... en Bleu. Il a, cependant, conscience que la saison qui s’annonce devra être celle de la confirmation. Mais, avec l’expérience d’un vieux briscard, Gouffran préfère balayer la pression d’un revers de main : « on a un bon collectif. Tout ne repose pas sur moi ».

Si toute la pression ne repose pas sur lui, il est certain que les regards, eux, se poseront sur le jeune espoir. De la génération des Nasri, Benzema, Gourcuff, Yoann Gouffran devra démontrer qu’il est aussi de la même race. Et si c’était lui la nouvelle star ?