Foot Mercato : Bonjour Marcel, pouvez-vous nous raconter votre parcours en quelques mots ?

Marcel Tisserand : J’ai commencé tout petit à Clairefontaine. J’avais douze-treize ans. J’ai passé trois ans là-bas en pré-formation. Ensuite, j’ai intégré le centre de formation de l’AS Monaco pendant trois-quatre ans. Cela fait un an que je suis passé pro et aujourd’hui j’ai rejoint le TFC. (...) Monaco compte beaucoup pour moi. C’est mon club formateur. C’est le club qui m’a permis d’arriver dans le monde professionnel. Il m’a tout appris. Il m’a appris à être un homme et un footballeur. Je dois beaucoup à l’AS Monaco.

FM : Cet été, James Rodriguez a rejoint le Real Madrid. Qu’en pensez-vous ?

M.T : En tant que joueur, on est toujours un peu déçu de perdre les meilleurs éléments d’une équipe. Pour revenir à James Rodriguez, il a fait une Coupe du Monde exceptionnelle. Ça ne m’étonne pas que des clubs comme le Real Madrid soit venu frapper à la porte. Je pense que c’était un rêve pour lui d’évoluer au Real Madrid. C’est légitime. Je lui souhaite d’y réussir. Il est parti c’est comme ça. Après, on connaît le football, on sait comment ça marche. Il y a des départs, il y a arrivées. Mais on aimerait toujours garder les meilleurs éléments dans une équipe. Ce n’est pas toujours le cas.

FM : En plus de James Rodriguez, on évoque aussi un départ de Falcao. On pourrait parler de petit accroc dans le projet monégasque si cela se faisait. Quel est votre sentiment là-dessus ?

M.T : On sait que Monaco est en plein renouveau. Il y a une saison, le club était en Ligue 2. Le club essaye de reconstruire. Après, c’est toujours dommage de perdre des joueurs comme ça. Mais il y a des moments où on ne peut peut-être pas les retenir. Il y a l’aspect financier qui rentre aussi en compte. Si on perd ce genre de joueurs, peut-être qu’ils vont en recruter d’autres aussi bons ou meilleurs. Je ne sais pas quels sont leurs objectifs pour les prochains jours ou les prochaines semaines. Il y aura peut-être des arrivées ou encore des départs. Mais il est vrai que des joueurs comme Falcao ou James, il n’y en a pas beaucoup. Pour les remplacer, ça ne va pas être évident. Mais il y a de bons joueurs en Europe ou ailleurs.

FM : Justement vous parliez de recrues. Quel regard portez-vous sur le mercato de l’ASM ?

M.T : Pour le moment, je pense qu’ils ont été assez raisonnables sachant qu’il y a déjà un groupe assez pléthorique. Après, je pense que deux ou trois renforts vont arriver pour pallier les départs éventuels qu’il reste ou juste pour compenser celui de James. Mais ils sont raisonnables pour l’instant. Je ne sais pas ce qu’ils comptent faire. Je ne suis pas dans les coulisses. Mais à mon avis, il y aura deux ou trois arrivées je pense.

FM : Vous avez été prêté au Racing Club de Lens durant six mois la saison dernière. Que retenez-vous de ce prêt ?

M.T : C’était un super prêt. C’est un bon souvenir parce qu’ils m’ont donné l’occasion de gagner du temps de jeu en deuxième partie de saison. Ce que je ne pensais pas pouvoir avoir à Monaco à cette période. Ils m’ont permis de jouer, de m’exprimer et de gagner en expérience. J’ai pu jouer à des postes qui demandent beaucoup de rigueur comme celui de défenseur central. A la fin, on a été récompensé par une montée en Ligue 1. Jouer une montée, c’est toujours très intéressant. Pour moi, c’étaient mes premiers matches en pro. Au bout d’une saison, jouer directement une montée c’était juste extraordinaire avec un public génial et l’engouement qu’il y a autour du club. Le RC Lens m’a beaucoup apporté.

FM : Selon vous, cela aurait été une injustice de ne pas accorder l’accession en L1 à Lens ?

M.T : Pour moi, ça aurait été une grosse injustice. J’aurais été déçu. Cela aurait été très bien que je poursuive là-bas. En aucun cas je regrette ma venue à Toulouse. Mais cela aurait été une injustice pour le public, pour le staff et pour le travail qui a été fait par les joueurs. Je ne suis venu que la deuxième partie de saison. Mais les autres joueurs ont travaillé toute la saison. Pour tout ce qu’on a fait sur le terrain, on le méritait. Après, les problèmes extra-sportifs, on ne les maîtrise pas nous joueurs. C’est ça qui était frustrant. Sur le terrain, on a fait le boulot. Après, c’est en coulisses que ça ne suivait pas. Cela aurait été vraiment frustrant pour tout le club entier.

Un nouveau prêt pour revenir plus fort Monaco

FM : Les Sang-et-Or vont finalement pouvoir évoluer en Ligue 1 cette saison. Quel regard portez-vous sur les problèmes qu’ils ont connu cet été ?

M.T : Je suis très content déjà que cela se soit arrangé. Ce n’était pas gagné au début. A la base, ce qui était prévu c’est que je reprenne avec Lens. J’ai fait le stage de préparation. J’ai passé les 3/4 de la préparation là-bas. Il y a eu des problèmes extra-sportifs qui ont pris un peu de temps et qui ont fait qu’à un moment donné il fallait que je prenne une décision pour la suite de ma carrière sachant que j’avais quelques clubs de Ligue 1 qui étaient intéressés. Il fallait absolument que cette année j’évolue en L1. Donc je ne pouvais pas attendre beaucoup plus longtemps. Après Lens a quand même réussi à obtenir cette montée. J’en suis ravi et on se reverra sur le terrain.

FM : Sans ces problèmes, vous seriez donc revenu à Lens cette saison...

M.T : Ce qui était prévu c’est que je reprenne à Lens une année supplémentaire. Il n’y avait rien de signer encore. C’était surtout un accord moral que j’avais avec M.Kombouaré et M.Martel et que les deux clubs avaient entre eux. On s’était mis d’accord sur le fait que cela se faisait seulement si la montée en Ligue 1 était actée. Si ce n’était pas bon, je pouvais aller ailleurs. Donc on s’est donné des dates butoirs. A un moment donné, il fallait que je prenne une décision. On s’est tous mis d’accord et il n’y a pas eu de soucis. Il y avait quelques clubs de L1 intéressés pour un prêt d’une saison. Je ne pourrais pas dire les noms. Après à un moment donné, en voyant que je mettais du temps à me décider, certains se sont rétractés ou se sont rabattus sur d’autres joueurs. Au final, le TFC a vraiment été actif et m’a fait confiance jusqu’au bout. Ils ont été patients donc c’est très bien comme ça.

FM : Vous êtes donc prêté au TFC cette saison. Qu’attendez-vous ce de prêt et quels sont vos objectifs individuels ?

M.T : Mes objectifs sont de continuer à gagner en temps de jeu parce que c’est ce que je n’ai pas actuellement à Monaco. Maintenant que j’évolue en Ligue 1, j’aurai un peu plus de visibilité et j’essayerai d’apporter ce que je sais faire à l’équipe. Ma fougue, mon insouciance et mon envie d’apprendre aussi. Le but c’est de jouer plus de matches et de continuer à progresser pour revenir plus fort à Monaco.

FM : Collectivement, quels sont-ils ?

M.T : Comme on peut le voir chaque année, Toulouse est à la huitième ou dixième place. Il joue un peu le ventre mou. Cette année, on voit que les postes sont souvent doublés depuis que je suis arrivé. Il y aura une concurrence un peu plus franche que les années précédentes je pense. Avec la concurrence, on va vouloir gagner sa place, vouloir se montrer. Donc il y aura beaucoup plus d’intensité durant les entraînements et les matches. Se dire que rien n’est acquis. Si on n’est pas bon, on peut se retrouver sur le banc. C’est ça qui est important dans un groupe. Savoir qu’à un moment on peut être remplacé ou perdre sa place. C’est ça qui fait progresser les équipes. Ça peut permettre à Toulouse d’avoir des objectifs un peu plus hauts que la neuvième place de l’an passé.

FM : Avec ce prêt, vous allez gagner du temps de jeu. Revenir à Monaco et vous y imposer comme Layvin Kurzawa, formé au club comme vous, c’est aussi dans un coin de votre tête j’imagine...

M.T : Oui, bien sûr sachant que j’appartiens à Monaco pendant quatre ans encore. Donc dans ma tête, et dans la leur aussi, il faudrait que je revienne à un moment donné pour jouer. Le but des prêts c’est de partir jouer un peu, de se montrer et de revenir avec un peu d’expérience pour pouvoir s’imposer. Pour moi, l’idéal serait de revenir à Monaco et de m’y imposer. Quand je vois un joueur comme Layvin Kurzawa, avec qui j’ai été formé, jouer à Monaco, ça me fait plaisir pour lui. Mais je me dis pourquoi pas moi ? C’est dans un coin de ma tête. D’abord, je pense à faire une bonne saison et après on pensera à tout ça.