- « Il vaut mieux pour moi que je ne joue plus en France » annonce cette semaine Fabrice Fiorese, conscient qu’il lui serait très difficile de jouer sous les sifflets de tous les stades de l’hexagone.

- « En France, je suis victime d’une image plutôt mauvaise, qui ne correspond pas à la réalité » précise l’ancien joueur du Paris Saint Germain, à l’époque aux portes de l’équipe de France. Quelle est donc cette image dont le marseillais parle ? Un très bref récapitulatif s’impose.

Formé à Lyon, le milieu de terrain offensif grandira grâce à l’En Avant Guingamp. Repéré par le prestigieux Paris Saint Germain, le natif de Chambéry débarque dans la capitale et devient un cadre de l’effectif tricolore.

Premier fait d’armes : plusieurs plongeons grossiers dans la surface de réparation vont nuire à sa réputation. Plus proche de Franck Esposito que de Georges Weah, il devient la risée de la première division, qui le suspend plusieurs matchs. Le cinéma montré face à Auxerre, puis face à Bordeaux (double simulation, qui provoque un penalty puis l’expulsion de Marco Caneira) resteront désormais colées à la peau de « Fio ».

Vient ensuite l’irréparable. Joueur plutôt apprécié par les fans du PSG, il tourne subitement le dos à son club à la surprise générale, en 2004. Pourtant très proche de son président, qui garde même ses enfants, il émet ce souhait de départ choc. Fabrice déclare, sûr de lui, que l’OM est « le club de son cœur », pensant, comme bon nombre de joueurs, que signer à Marseille impose de dire aux supporters locaux ce qu’ils veulent entendre.

Bien sûr chers lecteurs, vous me direz que bon nombre de joueurs ont évolué au sein des deux clubs, et que cela est devenu monnaie courante (quasiment aucun problème pour Loric Cana par exemple). Mais affirmer avec autant de détermination un tel mensonge a donné à Fiorèse une image détestable. Le joueur aurait pu s’y attendre.

Suite logique : adaptation moyenne au Vélodrome, mise à l’écart, puis prêt au Qatar. Itinéraire d’un joueur au talent gâché, parasité par un choix de carrière étrange, par des gestes de tricherie et par des paroles non réfléchies. A la recherche d’un club, il est désormais sûr que son avenir n’est pas en France. Pour l’instant, le téléphone ne sonne pas encore...