« Quand André-Pierre Gignac va ouvrir son compteur, on aura du mal à l’arrêter. Pour l’instant, ça se joue à peu de choses, mais ça va venir ». Jean-Claude Dassier, le président de l’Olympique de Marseille, a confiance en son buteur vedette. Et il ne tirera pas de conclusions négatives après seulement trois matches de Ligue 1 et une entrée en jeu en Ligue des Champions face au Spartak Moscou. Surtout, un regard dans le rétroviseur démontre qu’il ne fait pas forcément bon marquer dès ses premiers pas sous le maillot phocéen.

L’exemple le plus flagrant se nomme sûrement Christian Gimenez. Débarqué à l’OM en août 2005, l’attaquant argentin arrivait flanqué d’un statut de serial buteur (il venait d’inscrire 5 buts en 5 matches dans le championnat suisse). Et le Vélodrome a pu croire à une histoire d’amour très vite puisque Gimenez a marqué pour sa première sortie, face à Ajaccio. Son compteur débloqué, il pouvait s’attendre à un festival. Raté, il n’inscrira qu’un but supplémentaire en 21 rencontres…

Cinq ans plus tôt, Cyrille Pouget était lui aussi parti sur les chapeaux de roue, avec 3 buts lors de ses 4 premières rencontres. Il n’en marquera au final que 5 sous les couleurs olympiennes. Des statistiques qui ressemblent à celles de l’Espagnol Alfonso, débarqué avec son statut de joueur prêté par le Barça : un départ en fanfare (3 buts en 3 matches) avant de baisser pavillon (un total de 4 buts en 11 rencontres).

Les trois joueurs précédemment cités n’ont pas laissé de trace indélébile sur la Canebière. Qu’en est-il des attaquants qui ont frappé les esprits marseillais ? Certes, Jean-Pierre Papin s’était offert un doublé pour son premier match à l’OM, mais Didier Drogba a mis lui trois matches avant d’inscrire le premier d’une longue série de buts. Quant à Mamadou Niang, il s’est servi de l’Intertoto pour se libérer de ce poids, avant de marquer lors de son 2e match de championnat.

Une tendance se dégage toutefois nettement sur les dix dernières années : de Pouget à Bakayoko en passant par Mido, Weah, Luyindula ou encore Djibril Cissé, aucun attaquant recruté par l’OM n’a mis plus de 4 rencontres pour ouvrir son compteur but, hormis Sychev et Brandão (tous deux arrivés au mercato hivernal). L’étau se resserre donc autour d’André-Pierre Gignac. Et personne ne serait mécontent de le voir mettre son pouce à la bouche dès mardi soir à Stamford Bridge…