Vendredi soir, ceux qui attendaient la fin du match de l’Olympique de Marseille et du LOSC (1-2), ont dû repousser un petit peu. En effet, à la 57e minute, alors que les Phocéens étaient déjà menés par un but à zéro, un pétard a été jeté d’une tribune latérale pour arriver aux pieds de Jordan Amavi, de Kevin Strootman et de l’arbitre assistant. C’est un euphémisme de dire que cela a fait du bruit. Il suffisait de voir la réaction du Batave, qui se bouchait les oreilles, pour le comprendre.

Dans la foulée, l’arbitre de la rencontre décidait de faire rentrer les 22 acteurs aux vestiaires. Après un moment de flottement, les Phocéens, qui continuaient à se faire des passes sur le rectangle vert, ont rejoint leurs adversaires du soir dans les vestiaires. Il a ensuite fallu une réunion dans le bureau des officiels pour prendre la décision de reprendre le cours de ce match. Au total, la confrontation entre les hommes de Rudi Garcia et ceux de Christophe Galtier a été arrêtée pendant 38 minutes.

Metz avait pris un retrait de points en première instance

Exceptionnellement, les membres de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) vont se réunir par téléphone. Habituellement, ces experts se voient le jeudi ou le mercredi soir pour trancher des cas du week-end. Mais suite à de nouvelles règles fixées cette année, elle peut se réunir en urgence et cela ne dit vraiment rien qui vaille pour le club de Frank McCourt, présent à l’Orange Vélodrome ce vendredi soir.

La commission pourrait donc vite prendre des mesures conservatoires si on en croit les informations du journal L’Équipe ce lundi matin. Le barème est assez vaste puisque Florian Thauvin et ses coéquipiers pourraient écoper d’un huis clos total, partiel, des amendes et même d’un retrait de point. En 2016, pour quasiment la même situation, la rencontre entre Metz et l’Olympique Lyonnais avait été aussi arrêtée pour un jet de pétard et dans un premier temps, les Messins avaient pris trois points de pénalité avec un point de suris, transformé en trois points de sursis en appel. Rien ne va être simple cette année pour l’OM.