Régulièrement, Foot Mercato vous propose de découvrir les jeunes talents qui poussent de-ci de-là dans l’Hexagone. Allons à la découverte d’Axel Ngando, espoir du Stade Rennais. Contacté par nos soins, celui qui a été élu meilleur jeune du centre de formation en 2011 vous raconte son parcours : « J’ai débuté le foot à 6 ans. J’ai déménagé ensuite, donc je suis parti à l’US Mery sur Oise, où j’ai joué deux ans. Après, je suis allé à l’AS St Ouen L’Aumone, une année en Benjamins. J’ai ensuite intégré le centre de formation du PSG à l’âge de 12 ans. Je suis resté deux ans là-bas, avant de partir au Stade Rennais à l’âge de 14 ans. J’ai intégré le centre de formation, et je suis resté là-bas depuis. Mes qualités sont la vision du jeu et la technique. Mon modèle, c’est Ronaldinho. Même s’il est parti depuis au Brésil, ça reste un très grand joueur, mon modèle ».

Et s’il est encore loin de son modèle, le milieu offensif peut être heureux de sa saison, lui qui a même récemment signé professionnel : « Je suis satisfait de ma saison, même si elle n’est pas encore terminée. Je pense avoir été assez régulier dans mes performances. J’ai réussi à enchaîner les matches, je suis donc satisfait. Je ne m’attendais pas forcément à ça, mais en tout cas je m’étais préparé pour être régulier tout au long de la saison. La signature du contrat pro, c’est un aboutissement. J’étais entré au centre de formation pour ça. Maintenant, il me reste beaucoup de travail, et le plus dur va commencer pour moi ».

La tête sur les épaules, le joueur sait donc que le plus dur reste à venir : « Il va maintenant falloir continuer à travailler, ne rien lâcher, car le plus dur va commencer maintenant pour moi. Il va falloir que j’arrive à me faire une place dans l’effectif pro, intégrer complètement le groupe, et pourquoi pas ensuite prétendre à une place pour les matches. Je vois qu’au PSG, avec les nouveaux investisseurs, ça va devenir de plus en plus difficile pour les jeunes. Alors que Rennes fait confiance aux jeunes, c’est un atout de poids pour nous, je me dis pourquoi pas moi. Mais rien n’est facile, ça reste un club qui joue le haut du tableau en Ligue 1, donc le travail reste important ». C’est ce qui s’appelle rester mesuré.