Foot Mercato : Tout d’abord Alvin, pourriez-vous nous retracer votre parcours ?

Alvin Arrondel : Mon parcours est simple. J’ai commencé le foot à l’âge de 4 ans et demi, durant près de neuf ans. Ensuite, je suis parti à l’Entente Sannois Saint-Gratien pour faire des détections, et j’ai signé pour intégrer les 14 ans fédéraux. On a enchaîné les matches amicaux, et au mois de septembre j’ai signé au PSG pour intégrer le centre de formation la saison suivante.

FM : Quelles sont vos principales qualités sur un terrain ?

AA : Mes principales qualités, je dirais que c’est ma relance, et aussi ma vision du jeu.

FM : Vous êtes donc au PSG. Quel regard portez-vous sur vos années passées dans ce club ?

AA : Le bilan ne peut qu’être positif puisque, chaque année, j’ai pu progresser. Je l’ai constaté, et je pense qu’avec cette année qui vient je vais encore progresser. On a été une fois champion de France, deux fois vice-champion de France, ce n’est donc que du positif pour l’instant.

FM : Et quel bilan faîtes-vous de l’exercice écoulé ?

AA : Le bilan de la saison dernière est, lui aussi, positif. J’ai été épargné par les blessures, j’ai pu faire une saison complète, en tant que titulaire à pratiquement tous les matches.

FM : Vous venez de signer pro au PSG. Une sacrée fierté non ?

AA : Oui, c’est clair que c’est une sacrée fierté. À partir du moment où on intègre un centre de formation, on a pour objectif de signer un contrat professionnel dans ce club. Pour moi, ça s’est fait au PSG, c’est une fierté. C’est une bonne chose de signer dans son club formateur.

FM : Pour vous, est-ce un aboutissement en soi, ou vous fixez-vous d’ores et déjà d’autres objectifs ?

AA : Ce n’est pas un aboutissement en soi, surtout pas. Ce n’est que le début, c’est à moi de continuer à progresser, d’élever mon niveau, et pourquoi pas toucher à l’équipe première. Ce n’est pas terminé, je ne vais pas m’arrêter là.

FM : Pour beaucoup de jeunes du PSG, il est difficile d’intégrer l’équipe première. Malgré tout, croyez-vous en votre destin ?

AA : On sait que c’est difficile, surtout maintenant. Mais il ne faut pas s’arrêter là-dessus, il faut avoir de l’ambition. Et puis, si on ne réussit pas ici, avec l’ambition que j’ai je ferai tout pour réussir ailleurs. Il ne faut pas avoir peur de dire qu’on est ambitieux.

FM : L’arrivée de Laurent Blanc et d’un staff plus français peut-elle être un plus pour vous ?

AA : Pour nous, ça ne change pas grand-chose, puisque dans tous les cas les jeunes seront intégrés régulièrement à l’entraînement, Laurent Blanc ou non. Après, c’est sûr que le dialogue sera facilité, par rapport aux consignes et à la compréhension, le fait qu’il parle français est une bonne chose.

FM : Vous parlez d’intégrer les entraînements. Pour vous, en tant que jeune, côtoyer des Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva, ou Edinson Cavani, est-ce un rêve qui se réalise ?

AA : Ah oui, c’est un rêve ! On s’entraîne au milieu de ces stars alors qu’on est tout petit. Il n’y a que du bon à prendre auprès de ces joueurs, on ne peut que progresser, et même deux fois plus vite. C’est une satisfaction, mais il ne faut surtout pas s’arrêter là.

FM : Quelles seront vos ambitions pour cette saison ?

AA : Et bien, jouer tous les matches que je peux, sans blessure, faire une très bonne saison, être titulaire en CFA, et pourquoi pas m’entraîner avec les pros et avoir une place dans le groupe pro pendant des matches officiels.