Il s’est révélé aux yeux du grand public le 29 janvier, en marquant face à l’Olympique de Marseille (2-1, 21e journée de L1). Son premier but professionnel. Un grand moment d’émotion pour Arthur Masuaku (20 ans). « C’est quelque chose de particulier, c’était mon premier but, en plus au Vélodrome, un stade mythique. Je m’en souviendrai toute ma vie. C’était un grand moment d’émotion, j’ai pensé à ma famille. J’étais super content, super fier », nous a confié le jeune gaucher polyvalent, capable d’évoluer latéral ou ailier gauche.

Ce but est le symbole de sa progression sous le maillot de Valenciennes, où il explose littéralement depuis quelques mois (15 titularisations en championnat). « Le bilan est plutôt positif. C’est ma première année en pro et je joue régulièrement. Depuis l’arrivée du coach Jäcobs, je suis titulaire. La L1, c’est beaucoup plus intense que le CFA. Il a fallu que je m’habitue au rythme qui est nettement plus élevé. Mais maintenant, tout se passe bien », nous a-t-il expliqué, bien dans ses baskets dans un club où il évolue depuis maintenant cinq ans et avec lequel il a progressivement gravi tous les échelons, des U17 jusqu’à la L1.

Puissant, rapide, bien doté techniquement, bon passeur, le Nordiste, qui apprécie notamment le profil du Madrilène Marcelo, « le prototype du latéral moderne porté vers l’attaque », commence à attirer les regards, notamment en Premier League. S’il continue comme ça avec Valenciennes, avec toujours le maintien en ligne de mire et un prochain match au Parc des Princes face au Paris SG à disputer (25e journée de L1), Arthur Masuaku risque d’éveiller la curiosité de nombreuses autres écuries d’ici la fin de la saison...