C’est l’affaire qui a fait la une de l’actualité en Catalogne en cette fin de semaine. Neymar et ses avocats étaient présents à Barcelone vendredi, dans le cadre de l’audience du procès qui oppose le Brésilien à son ancien club. Le joueur de la Canarinha réclame 26 millions d’euros, correspondant à une prime à la signature après avoir prolongé son contrat avec la formation catalane. Une somme que le FC Barcelone refuse de lui verser, prétextant qu’elle n’est plus d’actualité une fois le joueur parti, et les Catalans veulent même être remboursés par leur ancien numéro 11 d’un premier versement qui avait été réalisé !

Les deux parties pouvaient cependant (et peuvent encore) trouver un accord à l’amiable. Comme l’explique le sérieux journal généraliste El Mundo, le clan Neymar et surtout le père de la star parisienne ont tout fait pour trouver une solution sans devoir passer devant le juge. Le média affirme ainsi que les Neymar étaient prêts à retirer leur plainte à une condition : que le FC Barcelone s’engage, par écrit, à recruter le joueur. Une information qui avait déjà fuité dans la presse, mais le clan Neymar exigeait que cela soit fait dans un délai d’un mois et demi, une donnée qu’on n’avait pas encore.

Le clan Neymar a proposé un rabais, le Barça intransigeant

Autre élément qu’on apprend via El Mundo : en cas de non respect de cet engagement à recruter le joueur, le club catalan aurait dû verser la prime de 26 millions d’euros. Ce qui a, pour plusieurs raisons assez évidentes, été refusé par le Barça. Et ce n’est pas tout puisqu’avant ça, le père du joueur avait déjà soumis une première offre aux Catalans, proposant de revoir cette somme de 26 millions d’euros à la baisse.

Ce à quoi les Barcelonais ont répondu par la négative, confiant au père du joueur qu’il serait très dur d’envisager un retour dans ces conditions. C’est simple, les dirigeants blaugranas ne veulent pas donner le moindre euro. Et c’est ce qui a poussé Neymar Sr à demander un engagement écrit au Barça. Preuve que le joueur et son entourage ont tenté par tous les moyens possibles de ne pas se mettre encore plus à dos le champion d’Espagne en titre, pour ne pas mettre en péril un potentiel retour. Affaire à suivre, alors qu’un accord peut toujours être trouvé d’ici le 21 octobre, date du verdict...