Guingamp va-t-il réussir à se maintenir ? Rien n’est moins sur. Après une nouvelle défaite à domicile samedi dernier contre Reims (1-0), l’EAG est toujours bon dernier et ne parvient pas à lancer une spirale positive. Seulement quatre points le séparent du barragiste Amiens. Le coup est donc encore jouable, d’autant que l’autre mauvais élève du championnat Monaco est dans le même wagon, mais les prestations des derniers matches mettent les feux au rouge. Face aux Rémois, rien n’a souri aux Bretons, comme un symbole de la saison en cours.

Dans cette situation, difficile de croire en un miracle. « On n’a pas été justes. On a été attentifs quant à notre organisation pour ne pas leur laisser d’espaces, on n’a pas donné grand-chose, mais les ballons qu’on a rendus bêtement ont eu des conséquences car ils ouvrent le score contre le cours du jeu », a regretté Gourvennec après la rencontre. Pas vraiment aidé non plus, ce dernier a du mal à trouver des solutions depuis son arrivée. Ses choix forts à la pause pour revenir dans cette rencontre (remplacement de Kerbrat et Deaux pour Traoré et Ndong) n’auront pas eu les effets escomptés.

Les recrues tardent à faire effet

Kerbrat justement, emblème des maux d’En Avant en ce moment. L’irréprochable défenseur depuis tant de saisons traverse sans doute la pire passe de sa carrière depuis son arrivée au club. Coupable de deux grosses erreurs, il offre les seules situations des Champenois. « Je leur ai filé le match. C’est dur pour mes coéquipiers. Je leur ai filé les deux seules occasions qu’ils ont eues du match. Il y en a une qui va au fond. Contre Reims, une équipe solide, c’est difficile quand on est mené. » Son visage ému après avoir discuté avec les supporters à la fin du match en disait long.

Pour ne rien arranger, les recrues ont du mal à se montrer pour le moment alors que le temps est à l’urgence. Didier Ndong est encore à court physiquement. Johan Larsson ne joue pas tous les matches. Alexandre Mendy est remplaçant et Papy Djilobodji va vers une lourde suspension après son expulsion ce week-end. Un coup de pied dans la tête de Chavarria, victime d’une « fracture complexe du nez avec déviation de la cloison nasale ». « On a subi des faits de jeu, notamment l’expulsion. Beaucoup d’éléments ne nous ont pas souri », expliquait Gourvennec.

« C’est plus les événements du match que la situation comptable qui ont impacté l’équipe. Le classement, on le connaît, ce sont les aspects du jeu qui doivent nous permettre de rester dedans », assurait le coach avant de quitter son pupitre. Il veut y croire, même si toutes les statistiques vont contre lui. Une victoire en demi-finale de Coupe de la Ligue mardi soir (match à suivre en live commenté sur notre site) face à Monaco pourrait marquer un tournant pour ces deux clubs. C’est un jeu à quitte ou double.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10