Choc en vue dimanche soir au Groupama Stadium. Deuxième du classement de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais reçoit le leader parisien pour le sommet de la 22e journée de Ligue 1. Un match à enjeu pour des Franciliens désireux de creuser davantage l’écart avec son premier poursuivant. Mais aussi pour les Rhodaniens qui espèrent réduire l’écart (11 points), mais surtout prendre leur revanche du match aller lors duquel Paris s’était imposé au Parc 2 buts à 0. Et pour y arriver, Nabil Fekir a son avis. Premier Lyonnais à se présenter face aux médias en conférence de presse, l’international tricolore invite ses coéquipiers à se libérer.

« On a regardé le PSG Dijon. Ils ont déroulé, on connaît tous leurs qualités, c’est une équipe très très forte. On a des atouts à faire valoir et on va essayer de faire un bon match dimanche. C’est un match qu’on attend tous impatiemment. On rêve tous de jouer ce type de match. On a rivalisé à l’aller, mais on a perdu 2-0. On va entamer ce match avec beaucoup de confiance et on va jouer pour gagner. Ça va être un match compliqué on le sait tous, mais je pense qu’on a nos chances. Si on est tous soudés sur le terrain, il ne va pas falloir jouer avec la peur et se libérer. Je pense qu’il faut tout faire, bien attaquer, bien défendre, surtout ne pas jouer avec la peur, je pense que c’est ça qui pose défaut. Il va falloir jouer libérer, ne pas se mettre de pression. »

Genesio veut un public chaud

Interrogé dans la foulée, Bruno Genesio sait que l’obstacle parisien s’annonce complexe à contourner, mais compte s’appuyer sur l’excellent résultat réalisé à Guingamp (2-0) pour réaliser l’exploit. « On a envie que ça continue, mais on sait qu’il faudra faire davantage pour inquiéter le PSG. C’est l’une des quatre meilleures équipes d’Europe. On sait qu’en face ce sera très fort, mais on a tout à gagner à jouer de la même manière qu’on a fait à Guingamp. Jouer sur nos points forts face à Paris, c’est la meilleure solution pour les inquiéter. La configuration du match de dimanche sera différente. Paris ne va pas mettre le bus devant le but, ni faire de marquage individuel. Ils vont venir pour jouer et imposer leur jeu. Ce sera à nous d’être très solides quand on n’aura pas le ballon, mais aussi d’être capables d’avoir des séquences de maîtrise technique pour les faire courir ».

Un plan de jeu sans véritable surprise, même si Genesio compte sur un autre atout pour faire vaciller le grand favori à la succession de l’AS Monaco : le public du Groupama Stadium. « Il n’y a pas que Neymar, il y a Cavani, Mbappé, Verratti, Rabiot... Si on prend un joueur en marquage individuel, ça libérera des espaces pour d’autres joueurs forts. La réponse sera collective et pas sur du marquage individuel. On les avait forcés à jouer sur les côtés, on avait fermé l’axe. Il faudra être capable d’avoir beaucoup de densité physique, mais aussi être capable de leur poser des problèmes quand on récupérera le ballon. Et on est chez nous donc faudra jouer à 12. Notre public nous porte. Ça nous a aidés à renverser des montagnes ». À bon entendeur...