L'OL, un leader qui ne s'enflamme pas par footmercato

L’Olympique Lyonnais leader de Ligue 1, voici l’information à retenir à l’issue de cette 20ème journée de championnat. Emmenée par son duo infernal Lacazette-Fekir, l’équipe entraînée par Hubert Fournier a fait le match parfait dimanche devant son public contre le TFC (3-0). Une double victoire pour les pensionnaires du stade de Gerland puisque l’OM et le PSG se sont inclinés ce week-end. Après avoir enfilé le costume d’outsider ces dernières semaines, l’OL a donc endossé celui de leader depuis ce soir.

Mais pas de quoi s’emballer à écouter Christophe Jallet : « Aujourd’hui, il n’y a personne qui s’enflamme. On est très heureux d’être à cette première place. Mais ça reste un check-point on va dire. On n’a rien gagné. On est juste là à se montrer aux autres en se disant peut-être que nous aussi on peut y arriver. Cela nous permet de prendre conscience au moins de nos qualités ». Un sentiment que partage l’entraîneur rhodanien Hubert Fournier : « On ne va pas en faire une affaire d’État non plus. On est dans un club qui a la chance d’avoir du vécu à la première place. Même si ça fait deux ans que ça n’était plus arrivé. Effectivement, il va falloir qu’on soit à la hauteur de ce classement ».

Un classement où Lyon trône actuellement en tête. De quoi penser peut-être au titre si les Gones continuent à ce rythme. Un titre auquel les Lyonnais ne pensent pas forcément pour le moment comme l’a expliqué le capitaine Maxime Gonalons : « Non, ce n’est pas tabou. Mais il y a des équipes comme le PSG ou Marseille qui sont très armées. On va essayer de lutter pour les places européennes. Après, on verre ce qu’il se passera. On ne va pas se prendre la tête plus que ça ». Même son de cloche pour Hubert Fournier : « C’est trop éloigné encore pour se projeter. On verra à cinq-six matches de la fin où l’on se trouve. À l’heure actuelle, c’est encore trop éloigné. Surtout quand on se retourne et qu’on voit derrière des équipes qui ont des effectifs qui ont mis des investissements colossaux ces dernières années. Ça nous ramène à beaucoup d’humilité ». Mais à Lyon plus qu’ailleurs, on sait que l’humilité est de rigueur tant le chemin vers le titre est long.