Ce dimanche soir, l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais s’affrontaient dans le cadre de la 13e journée de Ligue 1. La rencontre était très importante puisque la tension est toujours présente entre les deux formations, que l’Orange Vélodrome fêtait les 120 ans du club et aussi parce que Rudi Garcia, maintenant Gone, s’asseyait à nouveau sur un banc de l’antre marseillais. Finalement, les Phocéens l’ont emporté sur le score de deux buts à un grâce à un doublé de Dimitri Payet.

Toutefois, une action litigieuse a eu lieu et a demandé six minutes d’arrêts de jeu. À la 12e minute de la rencontre, Thiago Mendes effectue une main dans sa surface. L’arbitre de la rencontre, Monsieur Gautier, désigne le point de penalty. Le centre de visionnage où agit la VAR, que nous avons visité et testé, confirme le penalty. Le meneur de jeu de l’OM le convertit et ouvre le score. Toutefois, une main de Sanson, antérieur à celle de Mendes, aurait dû être sifflée et le penalty non accordé selon les dires de Pascal Garibian, le patron de l’arbitrage français.

L’OM s’étonne de l’attitude de Jean-Michel Aulas

Il n’en fallait pas plus pour agiter tout le monde et notamment Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais, qui n’avait déjà pas été tendre avec l’arbitre de la rencontre à l’issue de cette confrontation. Ce mercredi, soit deux jours après la rencontre, l’OM est enfin sorti du silence. « L’Olympique de Marseille s’étonne que la direction technique de l’arbitrage ait pris des positions publiques à l’encontre d’une décision arbitrale 48 heures après une rencontre ayant opposé Marseille à Lyon », peut-on lire en attaque du communiqué.

Dans la foulée, la communication de l’OM s’est bien attardée sur JMA, qui en fait, soyons honnêtes, quelques tonnes depuis deux jours. «  Cette attitude, pour le moins inhabituelle, a été reprise par Monsieur Jean-Michel Aulas, Président du club de Lyon et par ailleurs membre du comité exécutif de la Fédération Française de Football, organe dont dépend la direction technique de l’arbitrage. Ce dernier a fustigé les "erreurs de la VAR et le climat insurrectionnel" qui a caractérisé cette rencontre jouée dans un "État de non-droit " », est-il ensuite écrit.

Dans la suite du communiqué, dont vous pourrez prendre connaissance en intégralité à la suite de cet article, l’OM explique différentes choses sur ses habitudes lors des voyages compliqués, notamment à Paris. Le club en profite aussi pour féliciter le stade pour les animations et offre, en outre, quelques idées pour améliorer l’utilisation de la VAR et surtout une communication plus efficace. Pour rappel, le dossier marseillais devrait bientôt être jugé par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP).

Le communiqué intégral

« L’Olympique de Marseille s’étonne que la direction technique de l’arbitrage ait pris des positions publiques à l’encontre d’une décision arbitrale 48 heures après une rencontre ayant opposé Marseille à Lyon.

Cette attitude, pour le moins inhabituelle, a été reprise par Monsieur Jean-Michel Aulas, Président du club de Lyon et par ailleurs membre du comité exécutif de la Fédération Française de Football, organe dont dépend la direction technique de l’arbitrage. Ce dernier a fustigé les « erreurs de la VAR et le climat insurrectionnel » qui a caractérisé cette rencontre jouée dans un « Etat de non-droit ».

Si le caillassage d’un bus est un acte injustifiable qui déshonore ses auteurs et qui doit être dénoncé avec la plus grande fermeté, parler de climat insurrectionnel est un propos irresponsable peu propice à l’apaisement des esprits.

Quant à Marseille, Cité de “non-droit”, l’Olympique de Marseille rappelle que les services de l’Etat et leurs représentants au plus haut niveau avait demandé au club de Lyon d’utiliser un bus banalisé pour ses déplacements, ce qui a été refusé.

L’OM utilise toujours un bus banalisé lors de ses déplacements à Paris.

Cette rencontre a surtout été marquée dans le stade par un comportement exemplaire de l’immense majorité de nos supporters qui, par leurs tifos et leurs encouragements tout au long du match, ont donné la plus belle expression de soutien à leur club.

L’Orange Vélodrome - avec un record historique de fréquentation pour la Ligue 1 - a proposé ce soir là encore une fois une ambiance unique en France et en Europe. Le spectacle sur le terrain et en tribune a assuré à notre championnat une promotion exceptionnelle dans le monde entier.

Au-delà des outrances, l’Olympique de Marseille souhaite que cette péripétie serve les intérêts et l’image du football français en ouvrant l’arbitrage à l’ère de la véritable transparence.

Sur ce point, l’Olympique de Marseille souhaite élever le débat et propose que débute en étroite collaboration avec la direction technique de l’arbitrage une démarche structurée en direction de l’IFAB portant sur l’utilisation du VAR et prévoyant :

La mise en place d’un microphone sur les arbitres permettant de diffuser en direct les échanges entre l’arbitre et les joueurs. Nul doute qu’un tel équipement faciliterait la paix des débats et qu’il représenterait un nouveau vecteur d’attractivité pour les diffuseurs,
La possibilité de diffuser en quasi direct ou léger différé les échanges entre l’arbitre central et les assistants VAR,
La faculté de diffuser des ralentis sur les écrans géant des stades de façon à montrer au public que l’image n’explique pas tout, laisse toujours l’espace à l’interprétation et qu’en l’absence d’erreurs claires et manifestes, les changements de décisions grâce au VAR ne peuvent s’effectuer.
Le rugby a déjà démontré depuis de nombreuses années l’efficacité de ces dispositifs.

La production d’un rapport après chaque journée de championnat précisant les décisions arbitrales justement prises, les décisions manifestement erronées et les décisions qui auraient dû être prises, mais qui ne l’ont pas été.
La NBA se plie à cet exercice avec succès depuis plusieurs années.

Cette transparence aurait plusieurs mérites :

Celui d’abord de démontrer que l’arbitre demeure un homme, à qui il arrive de se tromper (y compris en faveur de Lyon…car c’est arrivé !). Il faut banaliser les erreurs d’arbitrage plutôt que d’essayer de les nier ou de les masquer,
Celui aussi de faire la preuve que la vidéo ne peut tout élucider même si elle permet de limiter grandement le nombre d’erreurs d’arbitrage commises en match,
Celui enfin de prouver que ces erreurs impactent tous les clubs de façon égale sur le long terme : ce serait la meilleure façon de tordre le cou aux thèses complotistes qui pèsent trop souvent encore sur le football français.

L’Olympique de Marseille appelle au respect et à l’indépendance des arbitres, à la tenue de discussions franches et constructives sur le sujet entre tous les acteurs et au lancement de telles réformes pour le bien du football », peut-on lire.