Le verdict final du championnat de France est tombé ce samedi en même temps que les résultats de la 38e et ultime journée. Le Paris Saint-Germain est champion de France - ça, on le savait depuis mars -, L’Olympique Lyonnais est deuxième et Monaco, troisième. Voici pour le haut de classement. Les joueurs du club de la Principauté avaient pourtant mené la danse une bonne partie de la saison pour s’adjuger cette précieuse place de dauphin du PSG, mais ils se sont faits rattrapés puis dépassés par des Gones réellement morts de faim depuis l’arrivée de Bruno Genesio sur le banc. Quoi qu’il en soit, ce résultat ne ravit pas les décideurs de l’AS Monaco.

En effet, selon L’Équipe, Leonardo Jardim, qui a prolongé son bail en 2015, lui a assurant sa place sur le Rocher jusqu’en 2019, serait plus que jamais sur la sellette. Éliminés rapidement des trois coupes qu’ils ont jouées, les Monégasques se sont en plus effondrés dans le sprint final ce qui n’a pas manqué d’irriter le propriétaire du club, Dimitri Rybolovlev et son vice-président Vadim Vasyliev. Aujourd’hui, virer le technicien portugais coûterait environ six millions d’euros, mais selon le quotidien ce ne serait pas un frein pour les décideurs monégasques qui avaient déjà dépensé de l’argent pour éliminer Claudio Ranieri.

L’absence de qualification directe pour la prochaine Ligue des Champions constitue un assez gros problème puisque l’ASM ne sera pas tête de série pour les barrages et risque donc de tomber une nouvelle fois (l’année passée défaite contre Valence) sur plus gros que lui et donc de ne pas participer à la C1. Au coeur d’une guerre des clans au sein du club entre les Français et Portugais du staff, Leonardo Jardim pourrait donc ne pas être sur le banc de Monaco l’année prochaine. Pour le moment, un seul nom sortait pour arriver en Principauté : Claude Puel. Mais, toujours selon L’Équipe, le président Rybolovlev n’aurait aucune vue sur lui... Affaire à suivre.