Le penaltygate contre l’Olympique Lyonnais (2-0, 6e journée de Ligue 1), les problèmes relationnels de Neymar avec Unai Emery, le spleen d’Angel Di Maria... Ces dernières semaines, l’ambiance ne semblait pas spécialement au beau fixe du côté du Paris SG. Et pourtant, au sortir du large succès contre le FC Nantes (4-1, 13e journée de L1), tout semblait visiblement rentré dans l’ordre.

« L’ambiance ? Fantastique, comme toujours ! Ça fait 7 ans que je suis ici et l’ambiance a toujours été très bonne », a par exemple lâché Javier Pastore, buteur et passeur décisif face aux Canaris, expliquant par ailleurs que tous les joueurs essayaient de faciliter l’adaptation de Neymar. « On sait qu’il peut marquer sur une action si l’équipe a du mal dans ce domaine, alors on va lui donner toute la confiance dont il a besoin, ainsi, il se sentira bien dans l’équipe et continuera à bien jouer », a indiqué el Flaco.

Le penaltygate oublié et digéré

Las des polémiques, Edinson Cavani, auteur d’un nouveau doublé contre le FCN, a lui aussi tenu à apporter de sérieuses et précieuses précisions. L’Uruguayen a d’abord affirmé que Neymar tirerait le prochain penalty accordé aux Rouge-et-Bleu. Ensuite, el Matador a ensuite mis les choses au point. « On a une bonne relation professionnelle. Comme je l’ai toujours dit à propos de mes coéquipiers, tu peux avoir plus d’affinités avec l’un ou l’autre pour des raisons culturelles, de centres d’intérêt, etc. », a-t-il expliqué avant de poursuivre.

« Chacun respecte l’autre, chacun sait ce qu’il doit faire pour respecter l’autre. Et le plus important, c’est le terrain, de jouer pour l’équipe. Le penaltygate ? C’est du passé. Ce n’est pas la première fois que ça arrive dans le foot. Quand l’objectif commun est de faire gagner l’équipe, je pense que les choses peuvent s’arranger », a-t-il insisté, fort de son statut de goleador en chef du club de la capitale. Une mise au point assez nette de la part de deux éléments importants du vestiaire du PSG. Pourvu que ça dure car les échéances sont nombreuses à se profiler à l’horizon...