Trois jours après la victoire en barrage aller de la Ligue Europa, le stade de la Meinau faisait encore le plein pour la réception du Stade Rennais. Strasbourg faisait face à un nouveau match compliqué mais se sent poussé des ailes en ce moment. Le club alsacien n’est pas le seul puisque les Rouge-et-Noir aussi sont sur un petit nuage en ce début de saison. Une semaine après leur victoire face au PSG, les Bretons se présentaient avec la même équipe. Seul Édouard Mendy remplaçait Romain Salin dans les buts. Strasbourg lui affichait un onze plutôt défensif avec les présences de Simakan, Koné, Djiku, Carole et Ndour. Bellegarde, Martin et Corgnet épaulaient le duo Da Costa-Mothiba devant.

Les locaux débutaient bien la rencontre en maîtrisant le cuir et en donnant le tempo. La défense à cinq n’avait pas de mal à ressortir malgré une attaque rennaise à deux pointes. Le SRFC mettait une dizaine de minutes à réagir, le temps pour Camavinga de monter en régime. Le jeune milieu de terrain prenait ensuite le jeu à son compte, offrant aux siens une belle percée (10e) et un bon coup-franc à Grenier (12e). L’ancien Lyonnais ne tardait d’ailleurs pas à ouvrir le score en prenant le meilleur sur Ndour suite à un long ballon de Bourigeaud (0-1, 16e). Strasbourg tentait de reprendre le cours du jeu en s’offrant un nouveau temps fort. Mendy s’envolait sur ce tir de Da Costa (21e), tandis que Maouassa frôlait l’expulsion (22e).

Rennes reçu trois sur trois

Le Racing poussait encore malgré les contres rennais. L’arbitre devait aussi passer par la VAR pour accorder un penalty litigieux aux Alsaciens mais Martin ne profitait pas de l’aubaine, Mendy stoppant la tentative du capitaine adverse (40e). Corgnet ne faisait pas mieux en se heurtant aussi au portier et Strasbourg regagnait le vestiaire avec un but de retard. Bougé dans le jeu, Rennes revenait avec un changement de plan. Exit Del Castillo et Maouassa pour faire entrer Siebatcheu et Nyamsi, Morel occupant le couloir gauche. La rectification tactique de Stéphan faisait du bien à son équipe. Elle revenait sur la pelouse avec une plus grande maîtrise de la rencontre.

Ça ne tardait pas à se voir. Sur la première situation, Grenier décalait Traoré dans le couloir droit, qui centrait pour Niang. L’ancien Milanais profitait de l’aspiration de Siebatcheu pour marquer du droit à l’entrée de la surface (0-2, 54e). Avec ce 3000e but inscrit dans son histoire en première division, Rennes prenait une sérieuse option sur la victoire. Les rentrées de Lala (58e) et Zemzemi (68e) faisaient du bien mais ça ne suffisait pas. Le Racing dominait cette fin de partie sans trouver l’ouverture. Ndour voyait même rouge après un second avertissement (84e), laissant ses partenaires à dix et forçant sa victime, Niang, à sortir un temps sur civière. Avec cette troisième victoire de suite en Ligue 1, Rennes prend la tête du championnat.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10