Victor Hugo Montaño (26 ans, COL, Stade Rennais)

Meilleur buteur de Montpellier la saison dernière (11 réalisations), Victor Hugo Montaño signe cet été à Rennes pour 4 ans et 6,5 millions d’euros. Pourtant grand artisan de la belle saison héraultaise, le Colombien décide à 26 ans de franchir un cap et d’évoluer dans un club aux ambitions davantage marquées. Auteur de trois buts et d’une passe décisive en sept apparitions, le Colombien n’a pas eu besoin d’une longue phase d’acclimatation à la Bretagne. Avec les départs de Asamoah Gyan et Ismaël Bangoura, il constitue désormais le principal atout de l’attaque des Rouge-et-Noir. Et s’avère indispensable. Pour preuve, depuis le numéro 21 s’est blessé pour trois semaines aux ischio-jambiers, les Rennais ne gagnent plus et pire encore, ne marquent plus. Bonne nouvelle pour l’entraîneur Frédéric Antonetti : il devrait récupérer son attaquant pour le déplacement à Marseille samedi soir.

Sylvain Marchal (30 ans, FRA, Saint-Étienne)

Bien sûr, Dimitri Payet y est pour beaucoup dans l’excellent début de saison de Saint-Étienne. Mais il est celui qui a su stabiliser un secteur en grandes difficultés lors des deux dernières saisons. Sylvain Marchal est devenu l’assurance tous risques de la défense stéphanoise. Il lui apporte sérénité et expérience. En fin de contrat à Lorient, Marchal semble ravi d’avoir opté pour les Verts, comme il nous le confiait récemment. « L’adaptation s’est très bien passée, avec le groupe tout s’est bien passé, j’ai pris mes repères assez vite. (...) c’est un club à part, où il y a un enthousiasme énorme. Il y a tout pour que ça marche, un potentiel public énorme, un gros passé, un club historique. Je n’ai jamais eu autant de sollicitations de la part de mes amis ou de ma famille pour avoir des maillots que depuis que je suis à Saint-Étienne. C’est un club à part. » Si l’ancien Messin est sous le charme de son nouveau club, la réciproque marche aussi. Sylvain Marchal a permis à l’équipe de pouvoir à nouveau compter sur une assise défensive hermétique. Si son ancien coéquipier lorientais Laurent Koscielny a lui pris la direction de Londres et Arsenal, Marchal peut lui se vanter d’être devenu en un rien de temps un des hommes de base de Christophe Galtier.

Moussa Sow (24 ans, SEN, Lille)

Il avait flambé à Rennes sous les ordres de Guy Lacombe, mais l’arrivée de Frédéric Antonetti en Bretagne l’a quelque peu coupé dans son élan. Troisième choix de son nouvel entraîneur derrière Asamoah Gyan et Ismaël Bangoura, Moussa Sow ronge son frein. En fin de contrat et insatisfait de ce manque de considération, il s’engage pour 3 ans avec le LOSC qui a flairé la bonne affaire. Les Dogues ne regrettent pas leur choix puisque le Sénégalais est le meilleur buteur de son équipe avec déjà 5 réalisations en championnat, dont un splendide retourné à Lyon lors de la 9e journée. S’il doit encore gagner en régularité, l’attaquant de 24 ans possède une qualité de dribble indéniable et une vitesse ravageuse. Mais Sow aurait pu ne jamais gambader sur les pelouses de Ligue 1. À 18 ans, il est en effet paralysé des jambes durant deux semaines après avoir été mystérieusement marabouté. Aujourd’hui, tout va pour le mieux. Pour le plus grand bonheur de son coach Rudi Garcia.

Dans le même thème :

- Ligue 1 : Les tops du mercato estival (2/3)