L’AS Monaco n’a pas le droit à l’erreur. Dix-septième de Ligue 1 avec 33 points, le club princier a vécu une saison cauchemardesque marquée par des changements d’entraîneurs et des résultats calamiteux. Pourtant, à trois journées de la clôture du championnat de France, les pensionnaires du stade Louis II peuvent toujours espérer se maintenir. Pour cela, il ne faudra commettre aucune erreur car Caen (18ème, 30 points), Dijon (19e, 28 points) et Guingamp (20e, 25 points) ne rateront pas l’occasion d’essayer de se sauver. En danger, Monaco doit rester uni dans cette situation tendue. C’est ce qu’a confié Leonardo Jardim, de passage ce jeudi en conférence de presse. « L’ambiance est bien. Il y a de la confiance. Nous sommes capables de réussir l’objectif du club. D’un autre côté, nous sommes dans une situation que beaucoup croyaient impossible il y a quelques mois en arrière. Il n’y a que les joueurs, aidés par le staff et l’entraîneur, qui sont capables de réussir ».

Un groupe uni pour se sauver

Il poursuit : « Je pense que le groupe, les joueurs chaque jour sont conscients que la situation dans laquelle nous sommes n’est pas si bonne. C’est risqué. Nous avons besoin de points. Lors du dernier match, nous avons fait 45 voire 60 bonnes minutes. On a contrôlé un bon adversaire. Mais on a raté un but, puis il y a eu un csc. Ça a fait du mal. On a besoin d’être costaud dans la tête ». Pour cela, il compte s’appuyer sur des éléments plus expérimentés. « Tous les joueurs avec de l’âge, Raggi, Naldo, Glik, Diego (Benaglio), sont importants en ce moment et ils l’étaient durant toute la saison d’ailleurs ». Ils devront l’être d’autant plus puisque Monaco, qui n’a plus gagné depuis le 15 mars en L1 (victoire contre Lille 1 à 0), est dans une spirale négative. Toutefois, Jermerson ne veut pas parler de crise. : « Le terme de crise diffère en fonction des points de vue de chacun. Je vois ça comme un moment difficile. Si on en est là, c’est qu’on n’a pas fait le nécessaire. Mais parler de crise, on en est pas là ».

Pour lui, les explications sont ailleurs d’autant que Monaco était bien revenu il y a quelques semaines. « Dans le foot, rien n’arrive par hasard. Si nous sommes dans cette situation, c’est de notre faute. À nous de faire en sorte d’en sortir (...) Il faut être concentrés jusqu’au bout, ne jamais se relâcher avant la fin. La Ligue des Champions nous a montré ça. Peut-être qu’inconsciemment, on s’est senti sauvés et on a relâché un peu. On doit être conscients de cette situation pour s’en sortir. Les joueurs, le coach, font en sorte qu’on reste mobilisés. C’est un ensemble de choses qui font qu’on en est là aujourd’hui. On a envie de gagner. Mais dans une mauvaise période, ça ne se passe pas toujours comme on le veut. C’est dur à savoir si c’est un problème mental ou pas ». Son coach est de son avis. « Monaco en est là parce qu’on n’est pas capable de faire mieux, c’est simple. Comme lors des autres années où on était devant, on était plus performant. Aujourd’hui, on est dans une situation où on veut rester en Ligue 1 car on croit qu’on a les qualités pour y rester ».

L’ASM est sous pression

Quelles sont les chances de Monaco d’y arriver ? « Je n’ai pas de pourcentage à donner. Nous avons un avantage de trois points sur nos adversaires. Nous devons avoir confiance en notre travail, en notre équipe, en nos joueurs », avoue Jardim qui ne compte pas tout changer. « La révolution c’est quand tu as beaucoup de choix pour la faire. À trois matches de la fin du championnat, ce n’est pas le moment de faire des paris. Il faut solidifier l’équipe, ne pas prendre de but ». Jemerson compte sur la puissance collective de l’ASM pour s’en sortir. « C’est un travail collectif. Nous voulons tous défendre pour ne pas prendre de but. C’est notre travail à tous. On en a parlé entre nous. C’est tous ensemble que nous devons défendre, avancer et renouer avec la victoire ». Cela commencera dès samedi à Nîmes. Et là, il n’y aura pas d’autres choix que de l’emporter.

« Pour nous, c’est simple il faut gagner. Après le match, on analysera notre situation et les résultats de nos adversaires. Il est important de penser à gagner (...) Bien sûr que tous les scénarios nous passent pas la tête, les bons comme les moins bons ». Afin d’éviter le pire, Monaco, qui a son destin entre ses mains, devra faire mieux que ses poursuivants. Tous unis, les Monégasques sont plus que jamais lancés dans cette opération commando. Une opération qui occupe l’esprit de tous les membres du club. « Sincèrement, j’entends beaucoup de choses. La vérité est qu’aujourd’hui, tout le futur du club est bloqué. Nous ne sommes pas sur d’autres dossiers que le dossier sportif. Il n’y a rien d’autre », a rappelé Leonardo Jardim bien décidé à mener ses troupes vers le maintien et éviter une fin de saison placée sous le signe de la peur et l’angoisse.