Après une semaine européenne riche en spectacle et en buts, la Ligue 1 reprenait ses droits ce soir. En ouverture de la 33e journée, le SCO Angers recevait l’OGC Nice au stade Raymond-Kopa (20h45). Deux équipes avec deux objectifs bien distincts. Si les Angevins avaient l’occasion, en cas de succès, de faire un grand pas vers le maintien – en prenant 10 points d’avance sur Troyes, barragiste - les Aiglons pouvaient, en cas de victoire, reprendre provisoirement la 5e place, qualificative pour la Ligue Europa, au Stade Rennais. Pour cette rencontre, Stéphane Moulin s’appuyait sur le onze qui avait concédé le nul face à Strasbourg sur sa pelouse le week-end dernier (1-1). Un 4-1-4-1 à la pointe duquel Karl Toko Ekambi, 17 buts cette saison, apparaissait comme le principal danger. Du côté de Lucien Favre, la donne n’était pas tout à fait la même, puisque le coach suisse était privé de Mario Balotelli, malade, et Wylan Cyprien, blessé. C’est le trio Saint-Maximin, Pléa, Srarfi qui était aligné aux avant-postes au coup d’envoi.

La rencontre débutait par un round d’observation et ce sont les Niçois qui lançaient timidement les hostilités. Après un joli mouvement à trois dans le camp angevin, Pléa remisait pour Srarfi, qui déclenchait du pied gauche, mais cela filait à droite des buts de Butelle (9e). Pendant que Rene-Adelaïde tentait de retenir une cheville fugueuse après un appui bancal, Karlo Toko Ekambi lançait la révolte angevine, mais Dante déviait la frappe en corner (11e). Sur celui-ci, après un cafouillage devant le but, Thomas remisait pour Tait, qui ajustait une frappe à bout portant que Marlon sauvait d’un reflex heureux devant Benitez (12e). La première inquiétude sur le but de Ludovic Butelle venait d’une frappe flottante de Pierre Lees-Melou, mais le portier du SCO claquait au-dessus de sa barre d’une main ferme (18e). Sans grandes intentions, les Angevins subissaient et perdaient de nombreux duels dans leur camp. Mais ni, Bassem Srarfi, contré par Traoré (26e), ni Maxime Le Marchand, en perte d’équilibre (28e), ni Pierre Lees-Melou, dont l’intérieur du droit se dérobait (35e), ne parvenaient pas à inquiéter Butelle.

Angelo Fulgini répond à l’inévitable Alassane Pléa

La plus grosse occasion du match intervenait à la 36e minute, lorsque sur le côté droit Saint-Maximin adressait un centre en retrait devant le but. À la réception, Seri venait reprendre d’un plat du pied droit puissant qui donnait des frissons à Ludovic Butelle. Le gardien ne parvenait qu’à ralentir le ballon, mais l’effet rétro qu’il lui donnait lui permettait finalement de capter en deux temps. Une occasion franche qui venait concrétiser la domination niçoise dans la possession du ballon (66%). Le SCO tentait de réagir lorsque Souquet envoyait bien involontairement Toko Ekambi dans la profondeur en tentant de voler le ballon des pieds de Tait. Le buteur du SCO filait au but, mais c’était sans compter sur un retour éclair du latéral du Gym, revenu tacler in extremis dans sa surface (43e). Avant la pause, Butelle sortait de ses buts au devant de Lees Melou et rendait un fier service à ses coéquipiers (45e). Dans le deuxième acte, les débats reprenaient tranquillement. Sur un coup franc plongeant frappé par Seri, Alassane Pléa venait dévier de la tête devant le but. Si la tentative de l’attaquant niçois prenait le chemin du cadre, Ludovic Butelle empêchait Pléa d’inscrire son huitième but en cinq journées (53e).

Esseulé aux avant-postes et sevré de ballon, Karl Toko Ekambi ne relâchait pas ses efforts pour autant. Le buteur du SCO prenait peu à peu confiance et réalisait un joli enchaînement contrôle-frappe à l’entrée de la surface devant Dante. Mais le cadre se dérobait (62e). Dans une rencontre terne, la lumière venait finalement d’Alassane Pléa. Servi par Seri dans la surface, il s’arrachait pour tacler le ballon devant Butelle et ouvrait le score (0-1, 67e). Un but qui avait le don de réveiller le stade Raymond Kopa et par conséquence le SCO. Mais Walter Benitez assurait dans les airs pour couper les centres adverses. Au sol, les choses étaient plus compliquées pour le dernier rempart niçois, qui laissait échapper une frappe de Mangani, que Toko Ekambi n’arrivait pas à transformer en but (74e). À dix minutes du terme, Pléa avait l’occasion d’inscrire un doublé, mais sa reprise filait au-dessus et le SCO gardait espoir (81e). Et sur un centre venu de la droite, mal repoussé de la tête par Marlon, Angelo Fulgini envoyait une frappe enroulée dans la lucarne d’un Benitez impassible (1-1, 84e). Sur le coup franc de la dernière chance, Jean-Michaël Seri mettait Butelle à contribution, mais le portier angevin ne tremblait pas et claquait au-dessus de sa barre (90+2) !

Retrouvez ici le classement de Ligue 1.