C’était le match à ne pas rater pour l’En Avant de Guingamp. Sur une série de six matches sans victoire en Ligue 1 (3N, 3D), les Costarmoricains devaient absolument s’imposer au Roazhon Park contre Rennes pour éviter la descente en Ligue 2. Les statistiques jouaient en leur faveur, puisqu’ils ont battu les Rennais lors de leurs trois dernières confrontations en Ligue 1. De son côté, le SRFC n’a plus rien à jouer en cette fin de saison, mais pouvait avoir la satisfaction d’envoyer son voisin breton en deuxième division en cas de victoire ou de match nul. Pour cette rencontre décisive, Jocelyn Gourvennec optait pour un 4-3-3, avec un trio offensif composé de Blas, Thuram et Coco. Stéphan choisissait lui d’aligner un 4-2-3-1, avec Ben Arfa en soutien de Niang en attaque.

La partie démarrait sur un rythme très élevé, avec Guingamp qui mettait d’entrée beaucoup d’intensité dans le jeu. Koubek devait s’employer par deux fois pour préserver les cages rennaises (5e, 9e), ce qui permettait à son équipe de garder la tête dans le match. Ismaïla Sarr allait punir les Guingampais pour leurs occasions manquées, en ajustant Caillard d’un subtil lob (1-0, 15e). Cela déstabilisait les hommes de Gourvennec, qui peinaient à revenir dans la partie, déstabilisés par les belles combinaisons des locaux. M’Baye Niang pensait inscrire le but du break (32e), mais l’arbitre de la rencontre, Karim Abed, sifflait faute pour un contact très léger de Nyamsi avec Marc-Aurèle Caillard. Ce dernier s’illustrait juste avant la pause, en repoussant du bout du pied un tir à bout portant de Niang (44e). À la pause, le score était donc de 1-0 pour Rennes.

Marcus Thuram manque le penalty de la victoire

Au retour des vestiaires, les débats étaient un peu plus équilibrés entre les deux formations, mais ce sont encore une fois les Rennais qui se montraient les plus dangereux, avec Bourigeaud (50e) qui envoyait son coup franc à gauche des cages guingampaises. Alexandre Mendy, entré à la mi-temps, répondait avec une frappe non cadrée (52e). L’EAG se montrait surtout dangereux sur coups de pied arrêtés, avec des frappes contrées par les défenseurs rennais ou alors Coco qui manquait le cadre (63e). Mais globalement, la lanterne rouge ne montrait pas le visage d’une équipe qui jouait sa survie, en ne mettant pas assez d’impact dans les duels.

Les portiers de chaque équipe avaient peu d’occasions de s’illustrer, mais les Costarmoricains reprenaient espoir lorsque Nyamsi était expulsé, de manière assez sévère, pour un deuxième carton jaune (79e). Cela avait effectivement un effet, puisque Mendy envoyait le ballon au fond des filets, suite à une frappe de repoussée par Koubek (1-1, 87e). En toute fin de rencontre, Guingamp obtenait même un penalty inespéré, suite à une main de Bensebaini dans sa surface. Marcus Thuram se plaçait alors pour tenter de tromper Koubek, mais il ratait son tir, trop centré, facilement repoussé par le gardien tchèque (90+2e). Finalement, les deux équipes se séparaient sur un match nul 1-1.

Guingamp va donc retrouver la Ligue 2, six ans après sa dernière montée en première division. Alors que le club a plusieurs fois flirté avec la relégation (16e en 2014 et 2016), ses deux dernières saisons étaient assez encourageantes (10e en 2017 et 12e en 2018), mais cette année il a n’a jamais réussi cette année à décoller au classement, en étant lanterne rouge à 31 reprises lors des 36 journées de Ligue 1. Même le licenciement d’Antoine Kombouaré en novembre dernier, avec le retour de Jocelyn Gourvennec, n’aura pas suffi aux Bretons pour inverser la tendance. À deux journées de la fin, Guingamp devrait même finir la saison à la dernière place, puisqu’il compte cinq longueurs de retard sur Dijon (19e).