Succéder à Yohan Cabaye, enfant du pays et auteur d’un doublé Coupe de France-championnat. Voilà le défi de Benoît Pedretti (31 ans) en arrivant à Lille l’été dernier. Et forcément, le milieu de terrain a été comparé à son prédécesseur, aujourd’hui titulaire en Bleu. À l’expérience, il a laissé couler. « On veut établir des comparaisons entre des joueurs qui ne sont pas dotés des mêmes caractéristiques. (...) Il faut accepter nos différences et nous laisser jouer avec nos qualités », a-t-il expliqué dans les colonnes de France Football avant de se dire plutôt satisfait de son niveau malgré quelques difficultés.

« À chaque fois que je suis arrivé dans un club, ma première saison a été moyenne. (...) C’est pour ça que mes débuts à Lille ne m’inquiètent pas. Ils ont été un peu difficiles, car je n’avais pas joué pendant six mois. (...) Là, ça va de mieux en mieux. Je suis plutôt content de la seconde partie de saison. Je commence à retrouver une condition physique, à m’habituer à mes coéquipiers. S’intégrer dans le jeu demande pas mal d’efforts, car la possession du ballon réclame du mouvement », a-t-il confié, indiquant les points sur lesquels il devait encore progresser.

« Il ne faut pas que je sois effacé. Je dois jouer mon jeu, trouver les attaquants, être décisif moi aussi, même si ça combine tellement bien à droite qu’on va naturellement pencher de ce côté-là », a-t-il lancé. Confiant, il se réjouit de l’arrivée de Nolan Roux cet hiver, car il pense pouvoir être sa rampe de lancement. « J’ai un bon feeling. J’arrive bien à le trouver, ses appels sont très bons, je suis très heureux de jouer avec lui », a-t-il conclu. S’il y parvient, Benoît Pedretti dissipera sans doute les critiques et, peut-être, le souvenir tenace d’un Yohan Cabaye encore dans toutes les mémoires.