Cet hiver, les amoureux de football hexagonal ont vu débarquer Cesc Fabregas en Ligue 1. Libéré par Chelsea, le milieu de terrain international espagnol a débarqué à Monaco. Le club du Rocher, alors entraîné par Thierry Henry, depuis démis de ses fonctions, et surtout en très mauvaise posture en championnat. Toutefois, c’est un Fabregas revanchard qui s’est présenté devant la presse ce jeudi en début d’après-midi.

« Je pense qu’il y a moyen de jouer la Ligue des Champions avec Monaco, ce sera l’objectif qu’on aura l’année prochaine », a-t-il commencé par expliquer avant d’ajouter qu’il faudrait peut-être changer des choses. « Peut-être qu’il faut améliorer le groupe, mais ce n’est pas à moi de décider. J’ai mon opinion, comme tout le monde, mais ce n’est pas mon travail. Le club sait très bien ce qu’il a à faire. Pour revenir en Ligue des Champions, je n’ai pas de doute, le club va faire des changements », a-t-il ainsi poursuivi.

L’allusion de Fabregas va piquer Sarri et Jorginho

Mais le moment le plus intéressant de sa conférence de presse a été lorsqu’il a évoqué sa fin d’histoire avec les Blues de Chelsea. Cette fois c’est face à un Fabregas assez pensif et probablement un peu revanchard auquel les médias ont eu affaire. « J’ai été à Chelsea, j’aurais pu prolonger, un nouveau coach est arrivé avec des joueurs qu’il considère comme ses fils et c’était difficile de jouer. Comme je ne jouais pas (silence). Je suis heureux quand je joue », a-t-il commencé par expliquer.

« Pour des raisons particulières, que je ne connais pas, c’était impossible que je joue tous les matches, même si j’étais meilleur. J’ai donc décidé de rejoindre un projet différent pour moi », a-t-il ensuite ajouté. La référence de Fabregas est bien évidemment pour Maurizio Sarri débarqué de Naples avec dans ses valises le milieu de terrain brésilo-italien Jorginho. Lors des six premiers mois, l’ancien d’Arsenal n’aura joué que six rencontres de Premier League pour une seule titularisation (175 minutes au total). C’est vraiment maigre pour un joueur qui aura passé six ans et demi chez les Blues. On comprend un peu son amertume...