C’est la révolution à l’AS Monaco ! Des joueurs au staff, en passant par la direction, le club de la Principauté a décidé de faire un grand ménage. Cette semaine, les pensionnaires du stade Louis-II ont annoncé l’arrivée de Louis Ducruet qui assistera le vice-président, Vadim Vasilyev, dans ses fonctions sur la partie sportive et le recrutement. Ce qui a visiblement réjoui le fils de la Princesse Stéphanie de Monaco, âgé de 26 ans. « Je suis très heureux et fier d’avoir l’opportunité de collaborer avec Vadim Vasilyev et de pouvoir ainsi apprendre au contact d’un dirigeant qui est une référence dans le milieu. C’est une nouvelle étape pour moi, qui me permettra d’assimiler de façon plus globale le fonctionnement du club sur le plan sportif. Avec de l’humilité et beaucoup de travail, je suis certain que j’arriverai à de bons résultats ». D’autres changements sont prévus en interne.

Une révolution sur le Rocher

Le directeur sportif, Michael Emenalo, va descendre en grade et s’occuper de la partie scouting. Adjoint de Thierry Henry, Franck Passi devait s’entretenir avec les dirigeants de l’ASM afin de trouver une nouvelle mission indiquait RMC récemment. En conférence de presse ce vendredi, Leonardo Jardim, de retour en force à Monaco, a été invité à évoquer le cas Passi. « Il sait que je travaille avec mon staff. Ils connaissent mes méthodes et mes idées. Sa situation, lui et le club la règlent ensemble ». Difficile donc pour l’ancien assistant de Marcelo Bielsa de poursuivre au sein du staff de Jardim. Un entraîneur qui a donné son avis sur la révolution qui se passe actuellement à l’ASM. « Le club prend des décisions. Moi, je m’occupe de l’équipe et de mon staff. J’ai une bonne relation avec les dirigeants. J’ai donné mon opinion ». Avant d’ensuite expliquer qu’il voulait absolument resserrer les rangs.

« Le club a besoin de régler la situation du staff, d’un ou deux éléments. Mais c’est en dehors de notre staff. C’est important dans toutes les entreprises, dans tous les clubs d’avoir le nombre de personnes qui suffit pour travailler et rester impliqués. Ce n’est pas le cas quand tu as beaucoup trop de personnes. On a besoin de personnes impliquées pour réussir notre objectif (...) Nous réorganisons un peu l’équipe technique qui travaillait avec moi. Je suis revenu avec trois personnes qui étaient déjà dans le staff avec moi (...) Le club trouve des solutions. Il n’y a rien de personnel. J’ai un staff avec des méthodes de travail. Il ne faut pas beaucoup de personnes car si tu as trop de personnes, il y a moins d’implication. Nous gardons un nutritionniste. Nous n’en avons pas besoin de deux. Nous avons fait un petit changement dans le staff médical ».

Jardim resserre les rangs

Chez les joueurs aussi il y a eu du mouvement cet hiver. « Les joueurs sortis avaient moins de temps de jeu ou peut-être qu’avec le mercato ils n’auraient pas été titulaires, comme par exemple Youssef Aït Bennasser. Avec Adrien Silva et Fabregas, ça aurait été difficile au niveau de la gestion. Il avait l’opportunité de jouer à Saint-Étienne. C’est bon pour lui et c’est bon pour nous. Pour Adama Traoré, il a souvent été blessé. Il avait besoin de jouer. Le Cercle Bruges est une bonne solution. Pour Loïc Badiashile, il m’a demandé à sortir. Il avait un autre pari. On lui a donné l’opportunité de sortir pour essayer de jouer. L’objectif est que notre joueur réussisse et joue bien. Tielemans ? Il y avait la possibilité d’un changement des deux côtés. Adrien Silva est un joueur qui voulait vivre une nouvelle expérience. Pour Youri, j’ai une bonne relation avec lui. On a eu une discussion. Il restait positif. On pense que le joueur peut faire plus et un changement, un autre championnat peuvent l’aider à avoir un déclic ».

Pour ceux qui sont restés, là encore l’entraîneur portugais ne veut compter que sur des joueurs impliqués et motivés. Il est donc prêt à se passer de certains.« Aujourd’hui on a un effectif plus riche. Nos recrues vont apporter des solutions. On a 16-17 joueurs pour gagner une place dans l’équipe. C’est bien cette compétition entre les joueurs. C’est aussi une bonne solution pour les matches si jamais il y a des problèmes de sanctions disciplinaires ou une blessure. Certains iront avec la CFA et seront prêts quand on fera appel à eux ». Il poursuit : « C’est toujours la même règle. Les joueurs qui sont en dehors du groupe ont besoin de se battre pour entrer dans les 17-18. Ensuite, tu dois te battre pour avoir une place dans le onze. Puis une fois dans le onze, tu dois te battre pour garder ta place. Tout le monde a la possibilité de se battre. Tout le monde a une bonne mentalité. Le plus important est de sauver l’équipe. Il n’y a pas que les individualités. On est ici avec une mission qui est collective et un seul objectif : l’AS Monaco ». Le message est plus que clair !