Le LOSC, Fulham, Newcastle, Liverpool et l’OM n’avaient d’yeux que pour Nicolas Isimat-Mirin l’été dernier. Pourtant, c’est bel et bien l’AS Monaco qui a raflé l’un des plus prometteurs défenseurs centraux de Ligue 1 moyennant un chèque de 4 M€. Arrivé sur le Rocher en juillet dernier, l’ancien roc défensif de Valenciennes n’a toujours pas disputé le moindre match officiel avec l’ASM. Pire, il n’a pris part qu’à une seule rencontre de CFA (ndlr : face à Tarbes le 7 septembre dernier), non pas du fait de blessures, mais bel et bien sur décision de son entraîneur.

En effet, l’ancien international espoir tricolore est victime du peu de turnover imposé par Claudio Ranieri depuis le début de la saison. Derrière l’inamovible charnière centrale Ricardo Carvalho-Abidal, il n’est que le quatrième choix, derrière l’Italien Raggi, titularisé face à Sochaux dimanche dernier. Muré dans le silence depuis sa signature, le solide n°20 monégasque a vu sa progression littéralement bloquée depuis son arrivée dans la Principauté. Pour le moment, Nicolas Isimat-Mirin fait face et se bat à l’entraînement dans l’attente d’une ouverture.

Reste qu’il n’y a pas péril en la demeure, même si le niveau de sa condition physique et sa capacité à être rapidement dans le rythme de la compétition poseront forcément problème si Ranieri fait appel à lui. Sous contrat jusqu’en juin 2017, Isimat-Mirin (21 ans) à l’avenir devant lui pour devenir un cadre défensif de l’ASM. D’ici là, à lui de guetter la moindre opportunité, pourquoi pas face à Reims le 29 octobre prochain en 1/16e de finale de la Coupe de la Ligue…