Sèchement battu le week-end dernier lors du derby azuréen face à Nice (0-4), l’AS Monaco devait absolument se reprendre à Louis II face au Racing Club de Strasbourg. Pour l’occasion, Leonardo Jardim s’appuyait sur son 4-4-2 classique mais alignait quatre nouvelles recrues avec Benaglio, Tielemans, Ghezzal et surtout Jovetic. Côté strasbourgeois, Thierry Laurey concoctait un ambitieux 4-3-3 avec le trio Saadi-Sacko-Da Costa. Dès les premiers instants du match, Monaco s’emparait de la possession du ballon face à une formation strasbourgeoise prudente mais déterminée dans les duels. Il fallait attendre la huitième minute pour entrevoir un éclair de génie signé Jovetic. Sur un long ballon mal renvoyé par la défense alsacienne, l’attaquant monégasque tentait un superbe ballon piqué pour lober Kamara. Sa tentative heurtait la transversale. Le champion de France enchaînait avec un superbe mouvement initié par Sidibé qui alertait Jovetic dans la surface dos au but.

L’attaquant monténégrin retrouvait Sidibé qui d’une talonnade géniale décalait Falcao au point de penalty. El Tigre expédiait sa tentative au-dessus des buts de Kamara (16e). Strasbourg montrait enfin le bout de son nez peu avant la demi-heure de jeu. Sacko servait Saadi dans la surface qui ne parvenait pas à contrôler correctement le cuir, Terrier le récupérait mais Saadi était gêné dans sa tentative par un retour de Jorge (29e). Dans la foulée, Falcao servait Jovetic sur la droite de la surface qui perdait son duel face à Kamara (32e). Le match s’emballait et le Racing se procurait une énorme opportunité. Sur un corner mal renvoyé par la défense monégasque, Da Costa remettait dans le paquet, Jemerson effleurait le ballon qui revenait sur Aholou dont la tentative de la tête passait au-dessus (34e). Le promu alsacien pouvait s’en mordre les doigts. Sur une belle ouverture signée Ghezzal, Falcao s’infiltrait sur le côté droit et délivrait un centre millimétré pour Lopes qui poussait le cuir dans les filets (1-0, 44e). Malgré un premier acte poussif, l’AS Monaco rejoignait les vestiaires avec un but d’avance.

Falcao libère Monaco

Au retour des vestiaires, l’AS Monaco prenait ses distances au tableau d’affichage. Complètement esseulé sur la gauche, Jorge avait tout loisir de déborder et centrer pour Falcao qui poussait le cuir au fond des filets (2-0, 51e). Loin d’être résigné, Strasbourg tentait de réagir sur coup-franc. Liénard enveloppait son ballon et obligeait Benaglio à détourner en corner (56e). Les joueurs de Thierry Laurey prenaient l’eau sur une incroyable erreur de Mangane qui profitait à Radamel Falcao.

L’attaquant colombien effectuait une demi-volée qui trompait Kamara (3-0, 66e). Ce troisième but coupait définitivement les jambes aux joueurs strasbourgeois. Fort de ses trois buts d’avance, l’AS Monaco achevait cette rencontre tranquillement sans jamais être réellement mis en danger par son adversaire. Grâce à cet éclatant succès, le champion de France collait aux basques du PSG avec quinze points au compteur.

Retrouvez le film du match sur notre live.

L’homme du match : Falcao (8) : très discret dans le jeu dans la première demi-heure, il a manqué une grosse opportunité en début de match (16e). Peu sollicité par ses partenaires, il reste néanmoins le passeur décisif sur le but de Lopes. Son excellent appel puis sa qualité de centre ont permis à son coéquipier portugais d’ouvrir le score (44e). El Tigre rectifiait le tir rapidement dans le second acte en reprenant victorieusement un centre de Jorge pour le deuxième but monégasque (51e). Sur un nuage, il profite d’une bévue de Mangane pour inscrire un doublé grâce à une superbe demi-volée (66e). Il devient le premier joueur depuis 40 ans à inscrire au moins huit buts en six matchs en Ligue 1. Remplacé par Meité (86e).

Monaco :

- Benaglio (6) : le remplaçant de Danijel Subasic s’est illustré par sa sérénité sur sa ligne et dans les sorties aériennes. Il a rassuré sa défense pendant quatre vingt dix minutes. A noter une très belle parade sur un coup-franc vicieux de Liénard (56e).

- Jorge (6) : le latéral gauche n’a pu participer que rarement aux tâches offensives dans le premier acte. Bien muselé sur son côté, il a bien accompli ses tâches défensives. En seconde période, il a enfin pu s’exprimer sur le plan offensif. Son centre est décisif pour le but de Falcao (51e).

- Jemerson (6) : le joueur brésilien reste toujours aussi solide dans les duels. Ce dernier s’est évertué à relancer proprement. Toujours aussi judicieux dans son placement, il n’a que rarement été inquiété.

- Glik (6,5) : le défenseur central monégasque a été quelque peu chatouillé par les joueurs strasbourgeois. Son manque de discernement sur l’occasion de Saadi (29e) aurait pu coûter cher à son équipe. C’est bien repris par la suite avec son aisance habituelle dans les airs et sa puissance physique dans les duels.

- Sidibé (6,5) : repositionné latéral droit cet après-midi, l’international français a retrouvé tout de suite ses marques. Son sens de l’anticipation allié à sa facilité à se projeter vers l’avant rendent la vie plus facile pour son équipe. Aurait pu offrir une passe décisive à Falcao sur une talonnade ingénieuse (8e). S’est beaucoup plus montré sur le plan offensif en deuxième mi-temps.

- Lopes (6) : l’ancien lillois a éprouvé des difficultés sur son côté gauche. Pas toujours heureux dans ses choix, son but (44e) lui a offert une belle bouffée d’oxygène. Travailleur dans l’âme, on ne peut pas lui reprocher de ne pas entreprendre sur le terrain. Remplacé par Carrillo (71e).

- Fabinho (7) : travailleur de l’ombre, le milieu brésilien s’est évertué à récupérer le ballon et à jouer juste. Indispensable pour son équipe, il apporte toujours autant de clairvoyance dans l’entrejeu. Sa justesse dans les transmissions s’avère toujours aussi précieuse pour les siens. Assurément le métronome du jeu monégasque.

- Tielemans (5) : positionné à son poste préférentiel dans l’entrejeu aux côtés de Fabinho, Tielemans ne s’est pas montré sous son meilleur jour dans le premier acte. L’ancien joueur d’Anderlecht s’est distingué par un déchet technique notoire. Une prestation relativement décevante cet après-midi.

- Ghezzal (6,5) : on attendait beaucoup de Rachid Ghezzal pour sa première titularisation dans le onze de Jardim. Et l’ancien lyonnais a apporté sa justesse technique sur le flanc droit. Son ouverture lumineuse permet à Falcao de délivrer un excellent centre sur le but de Lopes (44e). Intéressant par sa faculté à provoquer sur son côté droit, il se montre toujours disponible pour ses partenaires.

- Falcao (8) : voir ci-dessus

- Jovetic (6,5) : la nouvelle recrue monégasque n’a pas tardé à se mettre en évidence avec un superbe lob qui a terminé sa course sur la transversale de Kamara. Toujours en mouvement, il a essayé de combiner avec ses partenaires, notamment Falcao. Perd son duel face à Kamara à la 32e. Plus discret en début de second acte, il a été remplacé par Keita Baldé (59e) qui a essayé d’apporter sa qualité de percussion par ses appels intéressants.

Strasbourg :

- Kamara (5) : s’il est complètement délaissé par sa défense sur les buts de Rony Lopes (44e) et Falcao (51e, 67e), le gardien de 20 ans a livré un match sérieux. Vigilant sur une frappe lointaine de Ghezzal (20e) ou un face à face avec Jovetic (32e), il est miraculeusement sauvé par sa barre transversale sur un lob tout en finesse de Jovetic (8e). Immobile sur sa ligne, il voit le tir de Falcao frôler sa lucarne (16e).

- Seka (6) : contraint à défendre de long en large, le latéral droit tente ses premières montées offensive après 10 minutes de jeu. Mais ses centres ne donnent rien. De plus en plus de prises d’initiatives offensives de la part du latéral à mesure que le match avançait. Mais celles-ci manquaient cruellement de justesse.

- Mangane (3) : à l’image de son partenaire de la charnière, l’ancien Guingampais a tenté de retarder au maximum l’ouverture du score monégasque. Mais il se montre très naïf sur les buts de Rony Lopes et Falcao, qui découlent de la même action d’école. En seconde mi-temps, le stoppeur négocie très mal un rebond et permet à Falcao de partir seul battre Kamara (67e). Beaucoup de ballons gagnés (18) mais un réel déchet technique (60 % de passes réussies). Averti à la 62e pour un vilain tacle sur Keita Baldé.

- Koné (4) : obligé de veiller au grain sur tout type d’actions monégasques : les centres, les une-deux... Son jeu de tête fut d’abord précieux. Le défenseur burkinabé remportait tous ses duels aériens dans le premier quart d’heure. Irréprochable pendant une mi-temps jusqu’à cette faute de concentration où l’ancien lyonnais laisse partir Falcao dans son dos qui n’a plus qu’à servir Rony Lopes pour le but du 1-0 (44e). Sur le second but de Falcao, il manque de réactivité (51e).

- Martinez (5) : du déchet dans la relance. Dommage car son implication défensive est louable. Mais la technique de Sidibé ou Ghezzal lui ont posé problème. Néanmoins, le latéral gauche s’est montré vigilant et n’a pas hésité à dégager en corner si nécessaire. Victime d’un soucis musculaire, il est remplacé à la pause par Liénard (6), qui a apporté d’avantage. Il contre la belle tête de Ghezzal (49e), oblige Benaglio à sortir son coup franc du bout des doigts (56e) et multiplie les centres travaillés devant le but. Sans pour autant être décisif.

- Martin (4) : en première mi-temps, l’ancien montpelliérain n’est pas dans son match. Il le démarre avec un excès d’engagement : une violente semelle sur Falcao (1ère) et reçoit un carton jaune. Il rate ses coups francs indirects (4e, 24e). ressaisi après la pause, il tente au mieux de couper les passes axiales monégasques. Sa frappe en pivot au point de penalty passe au dessus (81e).

- Aholou (5) : seule à la réception d’une chandelle, il place sa tête juste au dessus de la barre de Benaglio (34e). A la dernière minute, il manque d’un doigt de pied de pousser au fond des filets un centre fuyant de Gonçalves. A part ça, il a fait circuler le ballon comme il pouvait et mis de l’impact physique dans l’entre-jeu. Difficile de lui ressortir des gestes décisifs.

- Da Costa (3) : s’il est le Strasbourgeois qui a touché le plus de ballons, le Cap-Verdien n’a pas pesé du tout. Beaucoup de ballons gagnés mais surtout perdus (21) et un premier centre dangereux à la 60e minute, dans les bras de Benaglio. Plus incisif offensivement sur la fin mais Glik et Sidibé l’ont muselé comme il le fallait.

- Sacko (6) : sans doute le meilleur Strasbourgeois en première mi-temps. 88% de passes réussies. Offensivement, il a misé sur sa vitesse et sa percussion, sans pour autant faire vraiment souffrir l’arrière garde asémiste. A son crédit : sa superbe ouverture en profondeur vers Saadi. Mais son partenaire en attaque a manqué de lucidité (29e). Dix minutes plus tard, le milieu offensif tente un rush en solitaire, efface deux monégasques et s’écroule dans la surface. Pas de penalty selon Johan Hamel. Sacko a bien tenté de peser en seconde période. Mais ses partenaires ne suivaient plus. Remplacé par Grimm (68e).

- Terrier (4) : belle combativité, d’avantage défensive qu’offensive à l’image de son retour dans les pieds de Fabinho qui s’apprêtait à armer (15e). Mais comme ses compères en défense, sa relance pose problème : 65% de passes réussies seulement. Blessé à l’épaule, il sort à quinze minutes du terme, remplacé par Gonçalves, qui ne cadre pas sa frappe (67e).

- Saadi (3) : d’abord sevré de ballons en début de match, puis lorsque son équipe a réussi à mieux ressortir le ressortir, il a multiplié les appels intéressants. Sur l’un d’eux, il reçoit un superbe ballon de Sacko dans l’axe. Mais l’Algérien manque son contrôle et le ballon est dégagé in extremis en corner par Jorge (29e). Bis repetita sur une ouverture de Seka mais le buteur tarde à frapper. S’est complètement éteint en seconde mi-temps, littéralement privé de ballons intéressants.