Le PSG l’ayant emporté à Dijon, Montpellier doit en faire de même contre Caen pour rester dans la roue des hommes de la capitale. Et d’entrée de jeu, c’est Ait Fana (6e) qui se distingue, d’un tir à ras de terre à l’entrée de la surface capté en toute tranquillité par le portier adverse. Les Normands répondent du tac-o-tac et, sur un bon débordement de Nabab, Frau (8e) décoche un tir surpuissant qui s’écrase sur l’arête du but de Jourdren. Le match est plaisant, et c’est ensuite au tour d’Utaka (19e) et d’Estrada (22e) de mettre à contribution un Thébaux appliqué. Les débats se calment ensuite, mais un Frau (39e) dans tous les bons coups s’essaye avec un tir enroulé au ras du poteau, mais qui fuit le cadre. Le MHSC ne s’en laisse pas compter, et un Cabella (44e) en déséquilibre permet encore à Thébaux de se mettre en évidence.

Au retour des vestiaires, le MHSC accélère. Sur un bon une-deux entre Bedimo et Utaka, Cabella (49e) coupe au premier poteau mais sa déviation n’est pas cadrée. Estrada (51e) tente de forcer la décision, mais son tir surpuissant s’écrase sur la barre. Et à force de plier, le roseau normand va rompre. L’action se poursuit suite à la frappe du Chilien et, après un nouveau sauvetage de Thébaux devant Giroud, Ait-Fana (52e) catapulte le cuir au fond des filets. En verve, ce même Ait-Fana (61e) tire à nouveau de l’entrée de la surface, sans pour autant tromper la vigilance du gardien de but caennais. Estrada (63e), en feu, envoie ensuite un missile sur coup franc, qui s’écrase sur la barre transversale, bien dévié par Thébaux. Le dernier rempart est étincelant, auteur d’une nouvelle parade inespérée du pied juste devant Cabella (70e). Mais les pensionnaires de la Mosson font finalement la décision grâce à Camara (83e), profitant d’une erreur de Montaroup pour marquer. Un deuxième but puis un troisième, Giroud (90e) marquant sur pénalty. Score final 3-0, Montpellier suit la cadence du PSG.

- L’homme du match : Thébaux (7) : il a retardé l’échéance le plus longtemps possible en repoussant la totalité des tirs montpelliérains en première période (2e, 6e, 19e, 22e, 44e, 45e) et en soulageant son équipe dans le jeu aérien par sa qualité de prise de balle. Sur l’ouverture du score, il détourne une frappe limpide d’Estrada sur sa transversale (51e) avant de mettre en échec Olivier Giroud à bout pourtant, mais il ne peut rien sur la reprise d’Aït-Fana qui a bien suivi et n’a plus qu’à pousser le ballon dans le but vide. Le deuxième but de Camara est anecdotique et n’enlève rien à sa prestation exceptionnelle, tout comme le pénalty de Giroud d’ailleurs.

Montpellier :

- Jourdren (5) : soirée plutôt tranquille pour le gardien de but montpelliérain. Alors que son homologue normand a dû sortir le grand jeu, lui a été mis au chômage technique ou presque, assurant le service minimum.

- Bocaly (5,5) : match plutôt tranquille également pour l’arrière droit du MHSC. Serein dans son couloir, le joueur a parfaitement défendu, tenant en respect son vis-à-vis. En a profité pour monter et apporter des solutions à ses partenaires, sans pour autant réussir à se montrer très productif.

- Yanga-Mbiwa (6,5) : alors que des émissaires du Bayern Munich étaient dans les tribunes, le défenseur a visiblement mis un point d’honneur à montrer toute l’étendue de son talent. Et le joueur a réussi sa mission, se montrant d’une maturité à toute épreuve, faisant parler ses qualités de placement et de vitesse pour se mettre en évidence.

- Hilton (5,5) : ayant à ses côtés un Yanga-Mbiwa brillant, le Brésilien a eu moins de boulot à se mettre sous la dent. Mais l’élégant défenseur a tout de même fait le métier quand le besoin s’est fait sentir, toujours aussi précieux dans ses relances.

- Bedimo (6,5) : une nouvelle fois, l’arrière gauche de Montpellier a fait des merveilles dans son couloir gauche. Dominant son côté de la tête et des épaules, il n’a laissé que peu de possibilités à son adversaire direct, se montrant dominateur. Même chose en phase offensive, lui qui a réalisé de nombreux centres et a énormément combiné, amenant notamment le premier but.

- Saihi (6) : l’homme de l’ombre a été au rendez-vous. Solide à la récupération, il a ratissé du terrain, grattant de nombreux ballons, et relançant proprement le jeu. Bref, un match complet.

- Estrada (7) : quelle prestation de la part du gaucher montpelliérain ! Le milieu de terrain a été littéralement bluffant, faisant des ravages dans la défense adverse tout au long du match. Auteur de transversales précises, il a parfaitement régulé le jeu de son équipe, alternant entre jeu court et jeu long. Son pied gauche a fait des étincelles, trouvant deux fois la barre transversale sur des tirs surpuissants. Remplacé par Stambouli (70e).

- Utaka (6) : l’ailier gauche du MHSC n’a pas manqué son match. Comme à son habitude virevoltant, le Super Eagle a mis à mal son adversaire direct, ses crochets dévastateurs et ses accélérations provoquant le danger.

- Cabella (6,5) : en l’absence de Belhanda, c’est lui qui avait la lourde tâche d’occuper le poste de milieu offensif derrière Giroud. Et bien le jeune espoir héraultais a rempli sa mission, se montrant très disponible et multipliant les actions d’éclat. Pas récompensé par un but, malgré de nombreuses possibilités. Remplacé par Pitau (86e).

- Ait-Fana (6,5) : aux abonnés absents durant la première partie de saison, le joueur se refait la cerise depuis la reprise. Et les défenseurs caennais l’ont appris à leurs dépens. Alors que l’attaque héraultaise butait sur un Thébaux bouillant, c’est lui qui finit par trouver le chemin des filets, marquant dans le but vide. Remplacé par Camara (70e), qui a lui aussi marqué. Profitant d’une erreur de Montaroup, le Sénégalais saisit l’aubaine pour inscrire un but important.

- Giroud (6,5) : le meilleur buteur du championnat de France de Ligue 1 a brillé. L’avant-centre sait se montrer important grâce à ses déviations et sa débauche d’énergie, prouvant qu’il a d’autres qualités que celle du goleador. Mais le chasseur de buts a fini par faire trembler les filets, d’un pénalty inscrit tout en puissance.

Caen :

- Thébaux (7) : voir ci-dessus.

- Montaroup (4) : il a essayé de participer au jeu et s’est montré extrêmement solide dans son couloir face à Aït-Fana. Coupable d’une énorme erreur en fin de match, il se fait chiper le ballon par Camara à l’entrée de la surface qui ajuste tranquillement Thébaux pour le 2-0 (83e).

- Sorbon (4) : concentré au marquage d’Olivier Giroud, il a plutôt bien contrôlé le meilleur buteur du Championnat. Au vu du nombre d’occasions que se sont procurés les Héraultais, difficile malgré tout de saluer sa prestation.

- Heurtaux (4) : averti dès la 18e minute pour une faute sur Bedimo qui filait au but, il s’est également distingué par un bon sauvetage devant Utaka (44e) mais au même titre que son partenaire en défense centrale, vu le nombre d’occasions montpelliéraines, difficile d’y voir une grosse performance.

- Vandam (3) : le latéral droit prêté par Lille a connu les pires difficultés dans son couloir face à un John Utaka intenable. En grosse difficulté, il n’est jamais parvenu à contrôler la fougue du Nigérian qui a systématiquement apporter le danger. Offensivement, ses rares montées ne lui ont pas permis d’apporter un plus à son équipe.

- Seube (3) : associé à Proment à la récupération, il a souffert face au collectif bien huilé des Montpelliérains. Une présence insuffisante pour le capitaine caennais qui n’a pas su amener un peu de sérénité au milieu.

- Proment (3) : au même titre que Nicolas Seube, il n’a pas suffisamment pesé au milieu de terrain avec des ballons récupérés très bas. À son actif, une bonne frappe détournée en corner (7e), et c’est tout.

- Bulot (4) : à l’instar de son pendant côté droit, il a eu beaucoup de mal à faire des différences sur son aile gauche. Il a essayé de gêner la relance adverse et a multiplié les aller-retours, en vain. Remplacé par Nivet (64e) auteur d’une bonne rentrée qui a fait du bien à son équipe.

- Hamouma (4) : une première mi-temps très discrète qui s’explique surtout par les 70% de possession des Montpelliérains. Un déchet technique peu habituel pour lui et très peu de différences réussies sur son côté droit. En seconde période, son travail de récupération a soulagé son équipe mais il n’est jamais parvenu à se retrouver dans la zone de vérité.

- Frau (5) : positionné derrière l’attaquant, il s’est montré très disponible pour bénéficier des remises de Nabab et solliciter Geoffrey Jourdren à plusieurs reprises (8e, 39e). Un peu plus de réalisme lui aurait peut-être permis de faire la différence.

- Nabab (6) : un peu esseulé à la pointe de l’attaque caennaise, il s’est distingué en bonifiant la plupart des ballons qu’il a touché grâce à des accélérations foudroyantes qui ont fait souffrir les défenseurs montpelliérains. Toujours à l’affût, il a été intéressant dans la profondeur, en remise et dans sa capacité à bien lire les trajectoires. Son centre en retrait à destination de Frau aurait pu être décisif (8e).