La défaite de trop. Battu hier par l’OGC Nice à domicile (1-2), le FC Nantes est plus que jamais plongé dans la crise. En ce début de saison, les Canaris (18èmes de L1) affichent un piètre bilan d’une victoire, deux nuls et quatre défaites en sept journées de Ligue 1 (5 points pris sur 21 possibles). En première ligne après les multiples échecs de son équipe, Miguel Cardoso, arrivé cet été au FCN, a été pointé du doigt il y a quelques jours par son président Waldemar Kita. « Jouer à la "baballe" c’est bien, mais à moment il faut jouer au ballon (sic). Ce que je veux dire c’est qu’il faut aller au but pour pouvoir marquer. Faire des échanges tout le temps, ce n’est pas toujours évident et pas constructif (...) Vous savez c’est toujours difficile quand vous avez quelques millions qui sont sur la touche. Il va falloir qu’on se mette d’accord. À un certain moment, les gens doivent s’adapter à certaines situations. Maintenant, il faut aller vite. On a des joueurs de qualité, on a beaucoup investi, ces joueurs doivent être sur le terrain ».

Le coach portugais a donc eu quelques jours de sursis pour essayer d’inverser la tendance. Mais cela n’a pas donc pas fonctionné hier face aux Aiglons. Malgré tout, Cardoso voulait garder la face en conférence de presse d’après-match. « Forcément, c’est une position qui ne nous plaît pas. Mais si on veut s’en sortir, il faudra être ensemble. Je ne compte pas lâcher. Je ne lâche pas les personnes que j’aime, et j’aime mes joueurs ». Certains, à l’image de Valentin Rongier, ont indiqué que ce serait une erreur de virer le coach dès maintenant. « Même si on est dans l’obligation d’avoir des résultats rapidement, il y a des enjeux économiques, donc ce ne serait pas bien de le faire maintenant. On a encore des choses à apprendre et à montrer. Je suis certain que si on arrive à marquer le premier but dans un match, on va gagner et ça va nous faire du bien ».

Gourvennec, la priorité

Mais d’après les informations de 20 Minutes, le sort de Miguel Cardoso est d’ores et déjà scellé. Un rendez-vous aurait eu lieu aujourd’hui entre Franck Kita, le directeur général délégué du FCN, et l’avocat du technicien portugais. Les discussions auraient tourné autour de la séparation entre les deux parties. Si un départ est donc quasiment acté, l’ancien entraîneur de Rio Ave devrait malgré tout être sur le banc de touche samedi à l’occasion du déplacement au Groupama Stadium de Lyon. Une dernière avant de terminer de façon précoce cette collaboration. De son côté, le FC Nantes aurait déjà anticipé et plancherait depuis quelques jours en coulisses sur la succession de Miguel Cardoso. Les noms de David Moyes, Vahid Halilhodzic, Willy Sagnol et Pascal Dupraz ont été avancés selon 20 Minutes. Des membres du staff de Claudio Ranieri ont aussi été sollicités.

Mais cela n’aurait pas dépassé le stade de l’intérêt. Car la piste prioritaire des Canaris se nomme Jocelyn Gourvennec. Libre depuis son départ de Bordeaux, celui qui est actuellement consultant pour Canal+ avait déjà été approché l’été dernier. Et il pourrait très bien se laisser tenter comme l’a confié une source proche à 20 Minutes. « Il va réfléchir et ça sera à ses conditions, mais ce n’est pas un non catégorique ». Le club français devrait être fixé sur la position du coach tricolore dans les prochaines heures. Tout est donc envisageable pour le FC Nantes qui a décidément des problèmes pour garder ses coaches . Depuis le départ de Michel Der Zakarian en 2016, cinq entraîneurs se sont succédé.