Fin août, tous les espoirs étaient permis du côté de l’OGC Nice. Le club du sud de la France était racheté par INEOS, propriété de la plus grosse fortune d’Angleterre, Jim Ratcliffe. Les nouveaux dirigeants n’ont pas tardé à faire plaisir aux supporters. Au-delà du fait d’éjecter les anciens dirigeants, que les fans ne pouvaient plus voir en peinture, INEOS a recruté Kasper Dolberg, Alexis Claude-Maurice et Adam Ounas notamment, de quoi espérer.

Sauf que les résultats sont assez décevants cette saison. Les Aiglons pointent à la quinzième position de Ligue 1 et ne comptent que quatre petites victoires dans le championnat hexagonal (un nul et six défaites) avant, ce dimanche, de recevoir le Stade Reims, équipe en grande forme en ce début de saison. Si le message que fait passer les dirigeants est que Patrick Vieira, l’entraîneur, est loin d’être menacé, la relation entre le coach et les supporters est loin d’être au beau fixe selon les informations de L’Équipe.

Le coup de pression de la Populaire Sud

Les fanatiques lui en veulent toujours pour sa proximité avec l’ancienne direction et surtout ses prises de position médiatiques lorsque les négociations entre les propriétaires sino-américains et INEOS étaient tendues. Dans le jeu, c’est compliqué et ce mardi ils ont été éliminés par Le Mans (3-2) dès leur entrée en lice en seizième de finale de la Coupe de la Ligue. Ce jeudi matin, une réunion a été organisée par les dirigeants pour voir ce qui allait se passer. Des représentants étaient présents tout comme Julien Fournier, Jean-Pierre Rivère et Patrick Vieira.

La Populaire Sud, l’association de supporters la plus importante, est restée mesurée et a même déjà prévenu que rien ne serait simple. « Notre patience ayant atteint sa limite, nous exigeons une amélioration immédiate avant que nous la perdions définitivement », avaient ainsi expliqué les ultras dans un communiqué publié vendredi au petit matin. La rencontre de ce dimanche après-midi contre Reims s’annonce donc très chaude...