L’OGC Nice nage en eau trouble. Mercredi face au Mans en Coupe de la Ligue, les Aiglons chutaient pour la sixième fois de la saison toutes compétitions confondues (3-2). En Ligue 1, les hommes de Patrick Vieira ne se sont plus imposés depuis la 6ème journée face à Dijon (2-1). A un petit point de la zone rouge avant la réception du Stade de Reims dimanche, Nice se retrouve plus que jamais dos au mur. Dans une interview accordée à Nice-Matin, l’entraîneur niçois ne mâche pas ses mots et dresse un constat lucide sur la situation. Le champion du monde 98 n’a pas apprécié la prestation des siens au Mans. « Il y a eu de la suffisance. Je n’ai pas du tout aimé. On peut perdre, passer au travers mais il y a un minimum syndical à fournir en termes d’efforts. Au niveau de l’investissement, de la concentration et de l’implication, c’était insuffisant pour espérer s’en sortir. En tant qu’entraîneur, je ne peux pas accepter ça. C’est pour ça que je dois changer de ton, » confie ainsi le technicien, un brin amer.

Loin de fuir ses responsabilités, l’ancien milieu de terrain a pris du recul ces dernières heures. Une remise en question essentielle pour provoquer un électrochoc forcément attendu. « On ne s’est pas remis en question. Le club a traversé des moments très compliqués ces derniers mois. Tout le monde se sentait concerné la saison dernière. On se serrait les coudes. Il y avait un vrai esprit collectif. C’était notre force. On a changé de propriétaire, on s’est vu au niveau de certaines équipes, aussi bon que certains joueurs. J’ai peut-être mis moins d’intensité et de rigueur par moments, » estime ainsi Vieira. L’entraîneur de l’OGC Nice va donc s’évertuer à insuffler une nouvelle dynamique.

Patrick Vieira ne veut pas entendre parler de Ligue des champions pour l’instant

Pour y parvenir, Patrick Vieira compte activer certains leviers, quitte à pousser ses joueurs dans leurs derniers retranchements. « L’investissement des joueurs sera scruté au quotidien. Je veux plus d’exigence à l’entraînement, mais aussi dans la vie de tous les jours. Il y a eu trop de laisser-aller. On le paye et ça se voit sur le terrain. Je suis garant de ça et c’est ma responsabilité de remettre les choses dans le bon ordre. Je vais demander deux fois plus aux joueurs. Cela devrait être naturel, mais comme ça ne l’est pas... » Une Intervention médiatique qui met en exergue la volonté du coach niçois de tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard.

Si l’arrivée d’INEOS à l’actionnariat s’est matérialisée par de nouvelles ambitions, Patrick Vieira prend soin de temporiser, histoire de garder les pieds sur terre... « On est en train de parler de Champions League, de gagner des titres. C’est l’ambition du club, il n’y a pas de souci. Mais ça ne va pas se faire en trois, six mois, un an. Il faut que tout le monde en soit conscient, le public, les médias... Il faut mettre des fondations très solides. Si c’est un château de cartes, ça va partir dans tous les sens au moindre coup de vent. On va voir si des fondations solides existent à travers cette période difficile. La façon dont elle est gérée en interne me donne en tout cas bon espoir pour l’avenir. » L’OGC Nice va-t-il entrevoir la lumière dès dimanche à l’Allianz Riviera et entamer ainsi un nouveau cycle ? Les amoureux du Gym n’attendent que ça...