Après deux semaines de trêve internationale, la Ligue 1 reprenait ses droits ce weekend. Et en clôture de la 10e journée, l’OGC Nice accueillait l’Olympique de Marseille dans son Allianz Riviera. Les Aiglons restaient sur une défaite à domicile contre le Paris Saint-Germain et un nul à Toulouse (1-1), alors que les Phocéens avaient tout vécu lors de leur dernière semaine de compétition : une défaite à Lille (0-3), un nul contre l’Apollon Limassol en C3 (2-2) et une victoire contre Caen (2-0). Pour ce match, Patrick Vieira alignait un 3-4-3 avec Balotelli de retour à la pointe de l’attaque et Cyprien dans l’entrejeu. Côté marseillais, Rudi Garcia optait pour un 4-3-3 avec un milieu Lopez-Strootman-Sanson et le trio Radonjic-Germain-Payet en attaque, Thauvin étant toujours blessé. Devant le public niçois, les Olympiens se projetaient rapidement vers l’avant pour allumer la première mèche. À plusieurs mètres des cages de Benitez, Bouna Sarr ne cadrait pas sa frappe (1ère). La rencontre mettait du temps à vraiment démarrer et les Aiglons répondaient à la 9e minute par l’intermédiaire de Maolida. Après une mauvaise intervention de Rami, l’ancien Lyonnais frappait depuis la surface mais Kamara s’interposait.

Les joueurs de Patrick Viera poussaient et Mandanda devait s’employer à deux reprises devant Balotelli : d’abord sur une frappe de loin de l’Italien (15e), ensuite sur une tentative à bout portant après une ouverture de Tameze (24e). Bien rentré dans son match, le gardien de l’équipe de France réalisait même un nouvel arrêt devant Saint-Maximin, qui cherchait le petit filet du pied gauche (29e). Les Olympiens souffraient et c’était au tour de Bouna Sarr de sauver les siens en taclant devant Balotelli dans la surface, qui était mis dans de bonnes conditions par Saint-Maximin (39e). Une intervention très importante d’autant plus que l’OM ouvrait la marque derrière. Omniprésent sur le plan défensif, Sarr était cette fois-ci actif aux avant-postes. Après un une-deux avec Radonjic dans le couloir droit, le joueur de 26 ans centrait en retrait sur Sanson. Ce dernier se retournait rapidement sur son contrôle pour placer sa frappe et prendre à contre-pied Benitez (42e, 0-1). Une ouverture contre le cours du jeu donc pour l’équipe de Rudi Garcia qui rentrait finalement aux vestiaires avec un court avantage.

L’OM a tremblé en deuxième période

Au retour des vestiaires, Patrick Vieira et Rudi Garcia faisaient confiance aux mêmes acteurs. Et les Phocéens se procuraient rapidement une nouvelle opportunité. Comme sur l’ouverture du score, Sarr combinait avec Radonjic pour trouver Sanson dans la surface. Le milieu olympien manquait cependant sa tentative, contrée par Atal (47e). Le temps passait et les Aiglons avaient de plus en plus de mal à approcher la surface adverse. Patrick Vieira décidait donc de lancer Danilo à la place de Boscagli (57e). Un changement sans réelle importance puisque les locaux combinaient mais ne créaient pas le danger malgré quelques centres. En face, les Phocéens cherchaient à faire le break et Amavi était tout proche du deuxième but mais le latéral gauche manquait sa frappe sur un ballon mal renvoyé par Malang Sarr (69e). Après plus d’une vingtaine de minutes de jeu en deuxième période, les Aiglons se procuraient enfin une opportunité.

Après un mauvais choix de Danilo à l’entrée de la surface sur un centre de Saint-Maximin, Cyprien héritait du ballon et armait une belle frappe puissante qui frôlait le montant de Mandanda, qui accompagnait en sortie de but (74e). Les deux entraîneurs multipliaient ensuite les changements et les Phocéens souffraient de plus en plus en fin de rencontre. Sur un corner tiré côté droit, Dante faisait la différence entre Strootman et Caleta-Car, entré à la place de Sanson, mais sa tentative du gauche passait juste au-dessus de la barre transversale de Mandanda (81e). Les minutes défilaient et les hommes de Rudi Garcia tenaient ce résultat. Et après cinq minutes de temps additionnel, M. Delerue sifflait la fin de la rencontre. Victorieux 1-0, l’OM prenait la quatrième place avec trois longueurs de retard sur le LOSC, deuxième. L’OGC Nice ne quittait pas sa 14e place.

L’homme du match : Sarr (7,5) titulaire au poste de latéral droit suite à la blessure de dernière minute de Sakai, l’ancien Messin n’a pas déçu. Auteur de la première tentative du match (1ère), il s’est montré très actif dans son couloir droit, avec beaucoup d’envie. Et après un magnifique retour sur un centre de Saint-Maximin vers Balotelli (39e), il a réalisé un bon une-deux avec Radonjic avant de servir Sanson pour l’ouverture du score (42e). Toujours vigilant défensivement dans le deuxième acte, le latéral marseillais est resté sur sa lancée, avec notamment une couverture décisive (62e). Un match très réussi de sa part.

OGC Nice

- Benitez (5) : le portier argentin a passé une soirée relativement tranquille jusqu’à la fin de la première mi-temps, où Morgan Sanson l’a crucifié sur la seule frappe cadrée marseillaise (42e). Dans la foulée, Christophe Hérelle est passé proche de tromper son gardien, mais l’Argentin est resté concentré (45e). Hormis le but marseillais, Benitez n’aura rien eu à faire. Cruel.

- Herelle (4) : à l’image de l’OGC Nice, il a peu été inquiété jusqu’au déboulé de Bouna Sarr qui a débouché sur l’ouverture du score marseillaise (42e). Il est ensuite passé proche de tromper son propre gardien, mais Benitez ne s’est pas fait surprendre (45e). En début de seconde période, il a été inquiété par les attaques de l’OM, avant d’avoir une fin de match plus tranquille.

- Dante (4) : le capitaine niçois a beaucoup parlé à ses coéquipiers. Il a fait usage de sa puissance en début de match devant Bouna Sarr (5e). En seconde période, les Marseillais se sont montrés plus offensifs et Dante est bien intervenu devant Payet (67e). A dix minutes du terme, il a repris du gauche un corner venu de la droite, mais sa frappe est passée juste au dessus du but marseillais (79e).

- Sarr (4) : il a sûrement été le défenseur axial niçois le plus en difficulté ce soir. Malgré une première bonne intervention devant Bouna Sarr (14e), il a manqué le ballon et a permis à Radonjic de rentrer dans la surface, sans que le Serbe n’inquiète Benitez (37e). Décalé à gauche après la sortie de Boscagli, il a lui aussi souffert face à Bouna Sarr et ses nombreuses montées. Remplacé par Srarfi (84e).

- Atal (4,5) : beaucoup trouvé en première mi-temps, l’Algérien a multiplié les courses offensives. Sa relation avec Saint-Maximin a beaucoup dérangé Amavi, à l’image d’une combinaison avec l’international espoir (29e). Costaud face à Payet, il s’est cependant fait mystifier par Sanson sur l’ouverture du score marseillaise (42e). En deuxième période, il a semblé fatigué et n’a pas réussi à remettre en difficulté Amavi, à l’inverse de Saint-Maximin. Il a également manqué plusieurs centres dans le second acte, sans réussir à apporter le danger.

- Tameze (4) : titularisé à la récupération, l’ancien Valenciennois a été une excellente lampe de rancement en première mi-temps, à l’image de bonnes ouvertures pour Balotelli (21e) et Atal (27e). Seulement, en deuxième mi-temps, il a touché moins de ballons et a semblé beaucoup plus dans le dur. Il n’a pas su élever son niveau de jeu, à l’image de son équipe.

- Cyprien (3,5) : le milieu de terrain niçois a eu du mal en première période. Cependant, il a eu une énorme occasion d’ouvrir le score, mais il est arrivé trop tard sur un centre d’Atal (29e). En seconde période, il a armé une jolie frappe qui a frôle le montant de Mandanda (72e). Cependant, il n’a pas eu l’impact escompté. Remplacé par Ganago (77e), qui a failli permettre à Nice de prendre un point, mais Amavi est parfaitement intervenu (93e).

- Boscagli (2,5) : en difficulté dans son couloir gauche, Boscagli n’a pas été à la hauteur face aux déboulés incessants de Bouna Sarr. Il s’est fait surprendre par la combinaison entre Bouna Sarr et Radonjic sur l’ouverture du score (42e). Remplacé par Danilo (55e). En difficulté après son entrée en jeu, il a fait plusieurs mauvais choix à l’image d’un ballon qu’il aurait pu laisser à Balotelli (71e).

- Saint-Maximin (5,5) : très dangereux dans son couloir droit, il a beaucoup tenté et beaucoup dribblé face à Amavi à l’image d’un petit festival technique (26e). Il a failli surprendre la défense après un superbe crochet sur Kamara, mais son enroulée du gauche a bien été captée par Mandanda (29e). En deuxième mi-temps, il a continué ses dribbles et a tenté de sonner la révolte. En vain.

- Balotelli (4) : titulaire après le feuilleton estival, Balotelli a su se montrer dangereux en première mi-temps. Il a d’abord frappé au dessus (7e), avant de buter sur Mandanda (15e). Bien lancé par Tameze, il a armé une reprise de volée mais le portier marseillais repoussait à nouveau. Juste avant la pause, il est passé proche de conclure un superbe travail de Saint-Maximin mais Bouna Sarr est bien intervenu devant lui (39e). En seconde période, il n’a fait que des mauvais choix et n’a pas réussi à inquiéter à nouveau Mandanda.

- Maolida (2,5) : titularisé aux côtés de Balotelli et Saint-Maximin, Myziane Maolida a été le premier attaquant à se montrer dangereux, mais Kamara est parfaitement intervenu devant lui (9e). Seulement, il n’est jamais parvenu à rééditer cette occasion et n’a que trop peu été trouvé. Il a été fantomatique mais aurait pu marquer en fin de match, mais Caleta-Car l’a bien contré (85e).

Olympique de Marseille

- Mandanda (7) : présent avec les Bleus lors de la trêve internationale, mais sans jouer, le gardien de 33 ans était de retour sur les pelouses ce soir. Et le Français est rapidement rentré dans son match en, réalisant deux belles parades devant Balotelli (15e, 24e) et une face à Saint-Maximin (29e). En deuxième période, il a continué son bon travail mais s’est fait peur sur une frappe juste à côté de Cyprien (74e). Trois frappes cadrées niçoises, trois arrêts. Steve Mandanda a assuré.

- Sarr : voir ci-dessus

- Rami (5) : aux côtés de Kamara, Luiz Gustavo étant suspendu, le champion du Monde français a connu un début de match compliqué avec une première intervention délicate amenant la frappe de Maolida (9e). Le joueur de 32 ans s’est repris quelques instants plus tard en repoussant un centre puissant de Saint-Maximin (17e). En deuxième période, il n’a pas souvent été mis en danger mais a été pris par des dribbles de Saint-Maximin (53e). Il a souffert en fin de rencontre comme toute son équipe, mais a tenu.

- Kamara (6) : préféré à Caleta-Car pour évoluer à côté de Rami en charnière centrale, le jeune défenseur phocéen a encore réalisé une belle prestation. Après une première intervention importante (9e), le joueur de 18 ans a encore assuré devant Saint-Maximin (11e), mais a ensuite été pris dans le dos sur une ouverture de Tameze vers Balotelli (24e), avant d’être embarqué par la feinte de Saint-Maximin (29e). Malgré son jeu âge, Boubacar Kamara a réalisé une belle prestation durant 90 minutes.

- Amavi (4) : de retour de suspension après son carton rouge contre Strasbourg, le latéral phocéen a rapidement mis de l’agressivité avec un premier gros tacle, dangereux cependant, sur Atal (2e), et une autre intervention devant le défenseur niçois (19e). Sur le plan offensif, il a cependant manqué de précision sur les passes en profondeur. Offensif, il a ensuite laissé des espaces dans son dos, se faisant notamment déposer par Saint-Maximin sur une accélération (39e). Il a également manqué le break sur un ballon mal renvoyé par Malang Sarr (69e). Et sur la fin de partie, il a laissé trop d’espaces à Saint-Maximin, le meilleur joueur de Nice ce soir.

- Lopez (5) : choisi par Rudi Garcia pour accompagner Sanson et Strootman dans l’entrejeu olympien, le joueur de 20 ans ne s’est pas beaucoup illustré en première période. Évoluant plutôt haut sur le terrain, il a notamment aidé les attaquants à presser. Au retour des vestiaires, l’international Espoirs français a négocié de bons ballons pour relancer rapidement vers l’avant.

- Strootman (5,5) : présent comme sentinelle devant la défense avec Lopez et Sanson au-dessus de lui, le joueur néerlandais a connu quelques difficultés en première période face aux milieux niçois, plutôt séduisants. Auteur d’une faute sur Balotelli offrant un bon coup franc à l’OGCN (26e), la nouvelle recrue de l’OM a retrouvé des couleurs dans le deuxième acte, cherchant toujours à fermer les espaces. Précieux au milieu, l’ancien joueur de l’AS Roma n’a pas réalisé une énorme prestation mais a fait le boulot.

- Sanson (6) : titulaire dans l’entrejeu pour son retour de blessure, l’ancien Montpelliérain a rendu une belle copie. En difficulté face aux milieux niçois en début de rencontre, avec par exemple une perte de balle amenant un contre (6e), il s’est ressaisi petit à petit pour finalement ouvrir le score sur un bon service de Bouna Sarr (42e). Deux minutes après la reprise, il a raté le doublé sur une frappe un peu écrasée et finalement sortie par Atal (47e). Important dans le milieu marseillais, le joueur de 24 ans permet surtout à l’OM de repartir avec trois points. Remplacé par Caleta-Car (78e).

- Payet (5) : habituellement placé en numéro 10 dans le 4-2-3-1 olympien, le capitaine de l’OM était cette fois-ci titulaire côté droit dans le 4-3-3 de Rudi Garcia. Peu en vue, l’international français a tenté d’organiser le jeu de son équipe durant toute la rencontre, mais a perdu 24 ballons sur 53 joués. Un match pas très séduisant donc mais le numéro 10 n’a rien lâché du début à la fin. Remplacé par Hubocan (79e), qui a eu le temps de sauver l’OM dans le temps additionnel sur une incursion de Saint-Maximin.

- Germain (3) : préféré à Mitroglou pour occuper la pointe de l’attaque ce soir, l’ancien joueur de l’OGC Nice a traversé le premier acte, n’ayant aucun ballon à négocier. Un peu plus présent au retour des vestiaires, il a beaucoup travaillé dos au but, notamment dans l’entrejeu, réalisant des déviations. Finalement, Rudi Garcia l’a remplacé par Mitroglou en fin de partie (90e). L’attaquant grec n’a pas eu le temps de s’illustrer.

- Radonjic (3,5) : en l’absence de Thauvin, l’ailier serbe était titulaire sur le côté gauche de l’attaque marseillaise. Invisible en début de rencontre, il n’a pas eu grand-chose à se mettre sous le dent, faisant notamment le mauvais choix sur un contre (28e). Avant la pause, il a combiné avec Sarr sur le but de Sanson (42e). Dans le deuxième acte, l’ancien joueur de l’Etoile Rouge a tenté quelques accélérations, en vain. Averti en fin de partie (90e+1), Nemanja Radonjic n’a pas vraiment marqué de points.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.