Jour de conférence téléphonique pour le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas. Le dirigeant rhodanien a convié les différents médias suivant son club au quotidien, le temps de débriefer sur divers sujets faisant l’actualité entre Rhône et Saône. Et bien évidemment, vous vous en doutez, celui qui gère d’une main de maître l’OL depuis 1987 s’est attardé sur la question du Grand Stade, projet qui lui tient plus que jamais à cœur. Une enceinte qui pousse à vitesse grand V sur le site du Montout à Décines, et qui entre dans une phase stratégique d’un point de vue marketing :

« Le Stade avance vite, on est dans les temps. C’est l’un des stades les plus modernes d’Europe. On a commencé la commercialisation du Stade, sur quatre catégories de produits : le naming, les partenaires technologiques, les partenaires constructeurs et les loges ». Rien ne semble pouvoir arrêter la marche en avant de JMA et consorts et ce, en dépit de l’émoi suscité par la situation de Philippe Layat. Un nom qui commence à faire parler sur la toile, avec une pétition rassemblant pas moins de 90 000 personnes. Pour quelle raison ? Eh bien cet agriculteur se bat pour conserver son terrain estimé par le Grand Lyon au prix d’1 euro du mètre carré, dans le but de construire une route desservant, notamment, le Stade. Voyant quelques 9 hectares lui être ainsi expropriés, le céréalier et éleveur de moutons a d’ailleurs accusé le coup hier, le juge des expropriations décidant que l’agriculteur ne pouvait récupérer ses terrains. Et si Philippe Layat a déjà annoncé vouloir faire appel de la décision, Aulas a de son côté tenu à rappeler certaines vérités :

« Je suis bien sûr très ému par tout ce qu’il dit, même si je pense qu’il en rajoute beaucoup. On peut être peiné et avoir des soucis comme tout un chacun, mais il faut dire la vérité. Nous ne sommes pas concernés directement par le sujet, car la route qui est faite est une route qui ne va pas qu’au Grand Stade, elle permet de relier Décines à une autre commune et sera empruntée par n’importe qui. Tout est injuste dans la vie, on avait prévu d’utiliser le Stade en 2010 et j’ai dû subir 80 procès qui nous ont coûtés plus de 10 M€ de frais de procédure. Je participe à sa détresse, mais des solutions existent. Le Grand Lyon avait délégué un émissaire sur le site, le Grand Lyon et l’OL ont investi plus de 6 M€ compensatoires dans des mesures écologiques pour ce site. Je pense qu’il y a de l’émotion, mais ça ne doit pas se transformer en un lobby au service de l’intérêt non-général ». À bon entendeur...