Cet été, l’Olympique Lyonnais a effectué sa mue. Jean-Michel Aulas s’est mis en retrait en poussant en avant Juninho, légende du club et nouveau directeur sportif, et Sylvinho, l’entraîneur choisi par l’ex-milieu de terrain. Si l’ex-latéral s’en est déjà allé et qu’Aulas a reconnu sa part d’erreur, ce n’est pas nécessairement le seul responsable comme l’ont évoqué les supporters avec des banderoles lors de la rencontre de ce samedi contre le Dijon Football Côte-d’Or (0-0).

En effet, si deux entraîneurs se sont déjà assis sur le banc du Groupama Stadium (aujourd’hui c’est Rudi Garcia le technicien en place), les joueurs, eux, sont toujours les mêmes. Dans son édition du jour, L’Équipe publie un entretien avec le grand patron du club rhodanien Jean-Michel Aulas. Et certains de ses éléments ne devraient pas vraiment être ravis à la lecture de ces quelques lignes puisque le président a chargé quelque peu ses joueurs.

« Lui comme d’autres doivent complètement s’assumer et se reprendre »

« Certains me déçoivent. Je ne vais pas les citer, ils se reconnaîtront. La saison dernière, ils étaient les meilleurs dans leurs clubs. Aujourd’hui, ils sont l’ombre d’eux-mêmes », commence par expliquer JMA. Si Joachim Andersen, l’ancien de la Sampdoria, commence peu à peu à sortir la tête de l’eau, Thiago Mendes, lui, est bien loin de son niveau de la saison passée à Lille où, clairement, il était le maître à jouer reculé des Dogues.

« Il y a peut-être des raisons que je ne connais pas ou que je ne veux pas prendre en compte, mais lui comme d’autres doivent complètement s’assumer et se reprendre. On les a achetés parce que ce sont de très bons joueurs et qu’on voulait les faire progresser. Mais il n’y a pas que lui », a poursuivi le patron de l’écurie rhodanienne. Il est sûr que Mendes, comme d’autres, sont loin de leur niveau et qu’après dix journées, cela commence à être un peu inquiétant. La tâche incombe maintenant à Rudi Garcia, qui a livré sa première ce samedi, de remettre tout ce petit monde dans le droit chemin.