Mercredi matin, c’était au tour de Ferland Mendy de se présenter en conférence de presse à deux jours d’affronter Nîmes au Groupama Stadium. Avec un style bien à lui, le latéral gauche a répondu aux nombreuses questions des journalistes. Un exercice dans lequel il doit encore se perfectionner. Mais il faut dire que le footballeur âgé de 23 ans préfère surtout s’exprimer balle au pied sur le rectangle vert. Et là, aucun doute, c’est une chose qu’il maîtrise parfaitement. Depuis un peu plus d’un an maintenant, le natif de Meulan-en-Yvelines fait le bonheur des Gones. Des Gones qui n’ont d’ailleurs pas hésité à le faire prolonger jusqu’en 2023 (soit une saison de plus) cet été. En concurrence avec Fernando Marçal à son arrivée, Mendy a gagné sa place au fur et à mesure jusqu’à devenir titulaire en puissance en fin de saison. Auteur de 36 matches toutes compétitions confondues, il est apparu notamment à 27 reprises en championnat de France. Le temps pour lui de délivrer 5 passes décisives. Pas mal du tout pour un élément qui découvrait la Ligue 1.

Une progression sur laquelle il est revenu. « Je pense avoir bien évolué depuis mon arrivée. J’ai progressé sur quelques détails, au niveau tactique. Il y a des choses que je fais mieux. Après, on ne peut pas tout gommer en un an mais j’espère avoir gommé plus de choses l’année prochaine ». Cette saison, le footballeur né en 1995 a démarré la saison avec plus d’expérience mais aussi avec un statut assumé de numéro un. Outre le fait que Marçal était blessé, Mendy a été titularisé à chaque fois. Sur les onze matches joués cette saison par Lyon (9 en championnat et 2 en Champions League), il en a joué 9 en intégralité dont 7 en L1 (630 minutes, 1 but). Touché aux adducteurs, il a manqué le match face à Dijon (26 septembre) avant d’être ménagé contre Nantes (29 septembre). Devenu très important au sein du collectif rhodanien, Ferland Mendy apporte sa vitesse ou encore sa percussion (7 fautes subies en L1) sur son couloir gauche. Très porté sur l’offensive, il doit être encore plus solide et lucide défensivement (9 fautes commises en L1) lui qui a concédé plusieurs pénalties la saison passée.

L’équipe de France, un objectif pour Mendy

Mais le jeune homme en est parfaitement conscient. « Je pense que je peux encore progresser tactiquement. Je dois gommer encore quelques détails. Des retours que j’ai, on me dit qu’il faut encore que je progresse sur des points. Je vais tout faire pour » explique le latéral. Toujours en apprentissage, Mendy poursuit tranquillement son ascension sans faire de bruit ou presque. Plusieurs clubs dont le FC Barcelone ou la Juventus suivent ses prestations de près. Didier Deschamps aurait aussi un œil sur l’évolution du jeune homme. Mais le sélectionneur a finalement convoqué Lucas Hernandez et Lucas Digne durant ce mois d’octobre. Courtisé aussi par le Sénégal, le Lyonnais attend patiemment son heure. « C’est vrai que c’est un objectif. Mais je ne suis pas entraîneur de l’équipe de France. Je ne vais pas aller m’installer là-bas (sourire). Si ça doit m’arriver, ça m’arrivera. Si ça ne m’arrive pas, c’est comme ça. Je ne suis pas quelqu’un qui va me prendre la tête avec ça ».

Sa chance devrait venir tôt ou tard si le défenseur, qui pourrait être aligné à droite contre Nîmes vendredi, continue sur cette voie. Mais il y a encore beaucoup de travail à fournir à écouter son entraîneur Bruno Genesio. « Proche de l’équipe de France ? Je ne sais pas. Il fait partie des joueurs qui peuvent ambitionner un jour d’aller dans cette équipe. Il occupe un poste très spécifique où il y a peu de joueurs à ce poste-là. Maintenant, il doit progresser Ferland dans sa réflexion tactique. Ce qui est normal puisqu’il découvre le très haut niveau et tous les trois jours. C’est une exigence tous les trois jours. Donc il doit progresser dans ce domaine-là essentiellement. Pour le reste, il a beaucoup de qualités pour le très haut niveau. La vitesse, la répétition des efforts, les qualités techniques de pied gauche et de pied droit. Ce qui est assez rare pour un gaucher. Il est capable de dédoubler à l’intérieur, à l’extérieur. Donc ça fait beaucoup de qualités pour le haut niveau mais il doit encore s’améliorer sur l’aspect tactique et au niveau de la concentration ». Ferland Mendy sait ce qu’il lui reste encore à faire pour atteindre les sommets !