Une première. Cette saison, aucun membre du groupe de l’Olympique Lyonnais, que ce soit Bruno Genesio (il a été toutefois en conférence de presse)ou ses joueurs, ne s’est arrêté en zone mixte après la défaite face au Stade Rennais (0-2). Un fait rare et unique chez les Gones, où tout le monde joue plus ou moins le jeu auprès des journalistes dans l’ensemble. Seul Jean-Michel Aulas s’est arrêté pour livrer son sentiment. Le président de l’OL a confié : « On a tous eu des déceptions. C’est pour ça que j’ai décidé de revenir pour vous parler, pour ne pas que vous ayez l’impression que tout le monde se dérobe. Le rôle des dirigeants est souvent de prendre le recul nécessaire. C’est vrai qu’ils étaient très déçus et que dans ce contexte, ils n’ont pas assumé. Ils veulent réfléchir à ce qui s’est passé et à pourquoi ça s’est passé puisqu’on sait qu’on est capables de faire immensément mieux. C’était une occasion de monter sur la deuxième place du podium. La victoire était possible. C’est souvent le cas dans le football, une équipe qui vient d’être déstabilisée par un 4-1 à la maison et qui vient gagner contre une équipe qui avait fait un très bon match à l’extérieur ».

Puis il a ensuite donné son avis sur la rencontre : « C’est surtout de la déception. Vous le savez, la colère n’est jamais porteuse de bonnes décisions. Il faut analyser cette défaite qui nous fait cruellement mal car elle arrive à un moment où on pensait avoir résolu un certain nombre de problèmes de ce type-là. Je pense qu’il faudra que les joueurs discutent entre eux de ce qui s’est passé. On a vu une équipe qui avait pourtant pas trop mal démarré jusqu’à ce pénalty annulé, on s’est créé des occasions, Memphis avait une occasion d’ouvrir la marque aussi. Puis, on a vu beaucoup de choses qu’on n’espère pas trop voir ; c’est-à-dire pas beaucoup d’engagement, pas beaucoup de replis défensifs, pas beaucoup d’agressivité dans le bon sens du terme. On a été battu quasiment à la régulière même si on a eu beaucoup d’occasions par la suite ».

JMA est inquiet

Le président de l’OL a avoué ensuite être très inquiet après la prestation de son équipe à quelques jours d’un match crucial face au Shakhtar Donetsk en Ligue des Champions. « Ce n’est pas désespérant. C’est inquiétant d’avoir ce type de réaction sur un match même si l’équipe de Rennes a délivré une très bonne prestation (...)Tout le travail qui a été fait depuis fin août et notre dernière défaite, tombe à l’eau. On pensait partir à Donetsk, qui sera Kiev (le match est délocalisé), avec le plein de confiance puisqu’on ne jouera pas le match de samedi à Toulouse qui a été annulé. Donc il va falloir faire un travail interne, un peu comme on l’avait fait ces dernières années après des échecs cuisants à domicile. Le dernier en date étant celui de Moscou, qui avait précédé Marseille ».

Il ajoute : « Donc on va essayer de remettre les choses en perspective pour ce match contre Donetsk qui est un match considérable en termes d’enjeu, d’image et puis en termes de conséquences économiques pour le club (...) Je suis allé voir les joueurs qui restaient. Il n’y avait pas de colère. Je pense qu’il faut prendre le recul nécessaire. On a huit jours pour remettre dans la bonne direction l’équipe et le bateau, ainsi que l’institution. On va y réfléchir et voir quels sont les leviers qu’il faudra activer à partir de demain matin ». Plus qu’une défaite, ce revers de l’OL face à Rennes intervient au plus mauvais moment pour les Gones qui vont jouer le match le plus important de leur première partie de saison en Ukraine dans quelques jours.