Le grand perdant. Memphis Depay a été la victime du passage de l’Olympique Lyonnais en 4-3-3 face à Guingamp puis face au PSG dimanche soir. C’est donc du banc qu’il a assisté au choc face au club de la capitale avant de faire son entrée à la 69ème minute. Une entrée décisive puisque l’international néerlandais a inscrit le but de la victoire 2 à 1, lancé par son capitaine Nabil Fekir. « Je lui donne le ballon. Après, on connaît tous Memphis. C’est un très bon joueur. Il l’a montré quand il est rentré avec ce très beau but ». Plus qu’un but, cela a été une façon de montrer à Bruno Genesio qu’il faudrait compter avec lui. « Il avait quelque chose à prouver », a avoué Fekir. « Nous, quand on est joueur, on n’aime pas être sur le banc. Le coach fait des choix. Il y a de la concurrence. Memphis a montré ce soir qu’il avait un très gros mental. On est tous très contents ».

Memphis en tête. Chose rare pour être notée, l’ancien joueur de Manchester United s’est arrêté pour la première fois de la saison en zone mixte pour répondre aux questions des journalistes. « Oui, je suis très heureux, de la victoire et bien sûr de mon but. C’était un grand match pour Lyon. Le stade était plein. Nous avons très bien joué. Nous avons montré à tout le monde que nous n’avions pas peur d’eux, que ce serait difficile pour eux. Nous avons obtenu la victoire. C’est un grand plaisir ». Puis le footballeur âgé de 23 ans est parti dans un long monologue assez étonnant quand on lui a demandé s’il avait des choses à prouver à son coach, Bruno Genesio.

Memphis ne lâche pas l’affaire

« Je n’ai rien à prouver à mon entraîneur. Je joue pour Dieu, pour Dieu seulement. Je suis humble, j’aime les supporters et je suis reconnaissant qu’on en ait d’aussi formidable. Ils nous rendent les choses plus faciles s’ils sont derrière nous. On les appelle le douzième homme, je voulais vraiment les remercier. Bien sûr, j’ai de la frustration et c’est normal. Mais je l’accepte. Je continue à faire les choses, à travailler dur au club. À la fin, vous voyez à quel point Dieu est puissant. Je fais juste ce que je dois faire sur le terrain. Ce moment n’est pas pour moi, mais pour Dieu. Je suis très reconnaissant pour ça. Je veux continuer à m’améliorer, pour moi, et montrer que peu importe ce que tu essayes de me faire, de me mettre en dehors de l’équipe, je reviendrai ! Je suis incassable ! »

Des mots forts mais qui expriment l’état d’esprit d’un Memphis Depay loin de lâcher le morceau. Le message est plus que clair pour Bruno Genesio. Ce dernier a expliqué sa gestion du Hollandais, un élément qu’il avait déjà voulu piquer en début de saison en se passant de ses services notamment contre Dijon. Mais cette fois-ci, ce n’était pas le but d’après le coach de l’OL. « Je ne le pique pas. J’essaie pour chaque match de faire le onze qui me semble le plus équilibré et compétitif possible. Je ne fais pas ça pour le faire réagir. Je pense que Memphis est un grand professionnel. Il est très lucide sur ses performances. J’ai un groupe de 22-23 joueurs avec qui on doit faire toute la saison, car elle ne se joue pas à 11-12 joueurs. Il y a une concurrence qui me paraît saine. La meilleure réponse il me l’a donné en faisant ce qu’il a fait lorsqu’il est rentré ». Memphis sait ce qu’il lui reste à faire pour être dans les bonnes grâces de son entraîneur.