L’Olympique Lyonnais a dû revoir ses plans. Cet été, les Gones ont misé sur Sylvinho pour prendre la succession de Bruno Genesio et incarner le nouveau projet mis en place. Mais après onze matches et quatre mois, l’entraîneur brésilien a été écarté lundi soir, après une défaite la veille face à l’AS Saint-Étienne lors du derby. Alors que Gérald Baticle assure l’intérim depuis mardi, les pensionnaires du Groupama Stadium sont en quête d’un nouveau coach. Et plusieurs noms sont sortis du chapeau ces derniers jours. Présent à Paris, où il doit notamment rencontrer Laurent Blanc et Rudi Garcia, tous les deux libres, Jean-Michel Aulas a été questionné au sujet du prochain entraîneur des Gones lors d’une conférence de presse téléphonique organisée ce jeudi en fin de matinée. Le patron lyonnais a tout d’abord commencé par faire un point sur l’avancée de ce dossier et sur comment cette décision sera prise.

Aulas dresse la feuille de route

« Ce sera une décision collégiale. Mais je le répète, c’est Juninho qui prendra la décision. Il sera amené à parler bientôt quand il aura pris sa décision. On est dans une situation juridique qui est un peu particulière. On sait que sur le plan juridique, on ne se débrouille pas trop mal sur les ruptures de contrat. On ne veut pas faire des déclarations comme nos voisins de Saint-Étienne qui ont fait des déclarations et que ça coûte plus cher en transaction. Oui, on va prendre le temps, et ça peut aller très vite aussi. Je vous ai dit qu’il y avait une liste, certains noms sont dans la presse (...) La bonne nouvelle, c’est qu’il y a beaucoup d’entraîneurs intéressés par Lyon. La liste n’est pas exhaustive. On n’est pas à l’abri d’une surprise. On va mener ces discussions le plus vite possible. C’est Juninho qui va prendre la décision, comme il avait pris la décision pour Sylvinho, que je ne connaissais pas avant que Juninho ne me le présente. J’en profite pour rappeler qu’en tant qu’actionnaire majoritaire de l’OL, je n’avais pas d’intérêts à prendre un entraîneur et un directeur sportif pour faire plaisir aux supporters ou acheter la paix avec les supporters » .

Puis il a ajouté : « Ma philosophie est de trouver la meilleure solution possible pour que l’OL gagne, gagne longtemps, fasse des résultats économiques qui sont ceux que l’on présente aujourd’hui ». Alors que Lyon doit jouer son prochain match le 19 octobre face à Dijon à domicile, le nouvel homme fort de l’OL pourrait arriver rapidement. « On fixe toujours une deadline. On est dans une matière qui permet d’écrire beaucoup de choses, car on peut écrire une chose et son contraire du jour au lendemain. Pour nous c’est pareil, même si on fixe une deadline, on peut ne pas l’atteindre. On avait fixé l’objectif de gagner tous nos matches de championnat cette année, on ne l’a pas fait. Là, on s’est fixé un objectif d’être opérationnel dans la version deux de l’organisation sportive pour démarrer le match de Dijon la semaine prochaine. Mais on peut ne pas tenir l’objectif ». Le président Aulas a ensuite été invité à dresser le portrait robot du prochain coach de l’OL. De ce qui était sorti dans la presse ces derniers jours, Lyon souhaiterait un entraîneur qu’il parle français et qui soit expérimenté, contrairement à Sylvinho qui était novice.

JMA évoque le dossier du prochain entraîneur

« On va définir le cahier des charges ensemble. Mais il est très en avance sur nous pour dire ce qu’il ne faut plus faire et pas faire (...) J’apprends des gens qui ont réussi sur le terrain et plus particulièrement de Juninho, en qui j’ai totalement confiance (...) On va travailler ensemble avec lui aux manettes, car j’ai dit que j’allais prendre du recul. Je l’ai fait », a simplement répondu JMA. Il a toutefois lâché : « Quand on se trompe, on essaye de ne pas faire deux fois la même erreur », confirmant à demi-mot que l’OL visait un autre profil. Il a aussi ajouté que les dirigeants lyonnais n’avaient pas une liste réduite en tête. « On ne s’est rien interdit. Ce serait idiot parce qu’on aurait fixé un nombre, de refuser. J’ai vu ce matin que L’équipe parlait d’un entraîneur sud-américain qui officie à Santos. Il ne m’a pas appelé (...) Si les candidats sont bons, on ne s’interdit rien ».

L’OL a ainsi contacté José Mourinho, libre depuis son départ de Manchester United. « Il n’a pas donné suite à notre proposition de rencontre car il a déjà choisi un autre club ». En revanche, Laurent Blanc et Rudi Garcia ont été approchés. « Il faut poser la question à Juni (sur ce qui plaît à Juninho chez ces deux coaches). Vous n’êtes pas obligés d’avoir la réponse tout de suite. Je sais que les gens que l’on verra avec Juninho, ont été validés par lui. » Relancé au sujet de Laurent Blanc afin de savoir si c’était la priorité actuelle, JMA a répondu : « Si ça l’était je ne le vous dirais pas ». Le président lyonnais a ensuite indiqué que Rémi Garde n’avait pas été contacté. Concernant Patrick Vieira (Nice), il a précisé : « c’est sûrement l’un des entraîneurs que j’apprécie le plus en tant que personnalité. Gérard Houiller le connaît très bien pour l’avoir fréquenté à New York. Il est sous contrat, donc malheureusement, il n’est pas libre ». Enfin, si finalement l’OL peinait à trouver chaussure à son pied, voir Gérald Baticle, ancien adjoint et coach intérimaire, prendre les commandes de l’équipe première pourrait-il être possible ? « Il faudra poser la question à Juninho. Pour le moment, il assure la transition et apparemment de manière efficace. On a des échos des joueurs ici. Juni suit ça de très près. Ce n’est pas le sens de l’histoire ». On devrait en savoir plus dans les prochains jours après les premiers entretiens menés à Paris entre aujourd’hui et demain.