« J’espère être aligné avec Balotelli, j’ai toujours apprécié jouer avec deux attaquants. J’aurais aimé marquer ce soir, mais ça n’a pas été le cas, c’est dommage », expliquait Valère Germain à l’issue de la victoire de l’Olympique de Marseille, mardi, contre les Girondins de Bordeaux (1-0). Il faut dire que, associé à Clinton Njie, l’ancien attaquant de Monaco a livré un match abouti, ponctué par une passe décisive, sur une déviation de la tête sur corner, pour le seul but du match de Boubacar Kamara.

Dès lors, on se demande si Rudi Garcia, en l’absence de Dimitri Payet, toujours blessé, pourrait reconduire un système en 4-4-2, avec Mario Balotelli et Valère Germain ce vendredi contre Dijon. « Quand je change de système, je change trop souvent et maintenant on me demande pourquoi je n’utilise pas celui-là. C’est une possibilité. Je pense que ce sont des garçons complémentaires, Clinton et Nemanja peuvent le faire Thauvin et Ocampos aussi. Tout dépend de ce qu’on veut faire, des joueurs à ma disposition et si l’équipe est performante. On a été performant avec un Valère qui, dans ce rôle-là, est très intéressant pour venir au ballon et distribuer le jeu. Il faut des déplacements complémentaires, c’est ce qu’on s’attelle à faire depuis que Mario est arrivé », a commencé par analyser Rudi Garcia en conférence de presse ce jeudi.

« Ce que j’ai dit à Valère c’est que ne ce serait pas lui »

Car, cet hiver, la logique voulait qu’un joueur d’attaque quitte l’OM. Alors que Germain disposait de touches (Nantes, Nice), c’est finalement Kostantinos Mitroglou qui s’en est allé au Galatasaray. « Quand Mario est arrivé, on savait qu’il fallait qu’un attaquant parte. Ce que j’ai dit à Valère c’est que ce ne serait pas lui. Lui est complémentaire de Balotelli. Je pensais que c’était logique et que c’était du bon sens que Mitroglou doive partir, il est comme Mario, en termes de profils. Les autres attaquants dont je dispose sont complémentaires de Mario et Valère en fait partie », a-t-il ainsi poursuivi.

La vraie question qui se pose à l’heure actuelle est bien évidemment qui peut accompagner Balotelli. Esseulé pendant la première période contre Dijon (défaite 1-2 de l’OM), l’Italien a besoin d’un joueur proche de lui. « Je vous l’ai dit. Mario a besoin de soutien, d’un deuxième ou de deux attaquants moins excentrés (Thauvin et Ocampos, ndlr) ou d’un meneur de jeu (Payet, ndlr), Mario a besoin de soutien, ça peut être très bien avec Valère ou avec d’autres. Ça dépend du match, d’où on se trouve et de qui j’ai à ma disposition », a ainsi conclu le technicien français. Mais Valère Germain peut garder le sourire, il semble, avec son dernier match, qu’il parte avec une longueur d’avance sur les autres...