À Marseille, si l’envie de voir un OM batailleur face au Paris Saint-Germain existait, les supporters phocéens ne voyaient sans doute pas leur équipe de cœur être en position de battre l’ogre de la capitale. Pourtant, l’exploit a bien failli se faire si Edinson Cavani n’avait pas transformé superbement un coup franc durant le temps additionnel (2-2). Un terrible coup de bambou pour les Phocéens, même si pour beaucoup, cette rencontre pourrait faire basculer la saison marseillaise.

« Je pense que ce soir, c’est un match référence pour nous. Oui, on a compris qu’on pouvait rivaliser avec les grandes équipes. Après, ce n’est pas parce qu’on a fait un grand match qu’il faut s’enflammer. Les grands matches, il faut les faire tous les week-ends. Donc on va essayer de continuer sur cette voie. En tout cas une chose est sûre ce soir, on s’est rendu compte qu’on était capable de faire de grandes choses », a déclaré Florian Thauvin en zone mixte. .

Répéter l’exploit sur la durée

Mais si le milieu offensif de l’OM s’est voulu optimiste, Rudi Garcia a été plus réservé. « On a dit ça à Nice et depuis on n’a pas gagné tous les matches. L’équipe continue à faire son bonhomme de chemin, à faire des matches intéressants. On est la seule équipe de L1 à avoir marqué lors des neuf premières journées. Il y a des progrès, mais ce n’est pas encore suffisant pour battre l’un des favoris pour gagner la Ligue des Champions », a-t-il indiqué en conférence de presse.

Pourtant, Garcia a de quoi être satisfait. Outre l’engagement physique de ses joueurs, le coach olympien a pu s’apercevoir que son 4-2-3-1 tenait bien la route. Mieux en tout cas que ses défenses expérimentales à cinq. Un choix qui avait d’ailleurs accouché de la plus grosse fessée de la saison (défaite 6-1 à Monaco). Aujourd’hui cinquième du classement de Ligue 1, Marseille n’est qu’à deux petits points du podium. Un écart facilement rattrapable. Encore faut-il faire tout aussi bien dans des matches moins prestigieux. « Il faut se servir de ce match pour se dire qu’on peut faire partie du haut de ce classement. (...) Ce qui fait plaisir aujourd’hui, c’est quand tu as des mecs comme Cavani, Mbappé et Neymar et que tu arrives à les faire trembler, ça fait plaisir. Mais il faut profiter de ces moments et se dire que dès le week-end prochain, il faudra jouer dans le même système avec le même caractère. On a besoin de points », a lâché Adil Rami. Et coïncidence du calendrier, c’est face au Lille de Marcelo Bielsa que les Phocéens tenteront de confirmer.