Lorsque l’été est arrivé et son mercato avec, les fanatiques de l’Olympique de Marseille se sont inquiétés de l’austérité qui devait frapper le club olympien. Quelques jours après la fermeture du marché, ils sont peut-être un peu rassurés. Hiroki Sakai, Rod Fanni, Thomas Hubocan et Henri Bedimo sont venus renforcer l’arrière garde olypienne. Zinédine Machach et William Vainqueur sont venus prêter main-forte à un Lassana Diarra toujours olympien. Enfin, Florian Thauvin est revenu dans la cité phocéenne accompagné de Clinton Njie, d’Aron Leya Iseka - le petit frère de Michy Batshuayi - et enfin de Bafétimbi Gomis. Aujourd’hui, l’entraîneur phocéen Franck Passi dispose de nombreuses armes.

« Mes envies c’est de développer du jeu, partir du gardien, développer des attaques. Lorsque l’on rencontre des équipes, elles se mettent dans leur camp et veulent nous contrer. On veut trouver les espaces, avoir la maîtrise du ballon. La philosophie se serait plus un style à l’espagnol et contrôler le ballon », c’est ainsi que Franck Passi détaillait ce jeudi soir, sur RMC Sport, les idées qu’il voulait transmettre à ses joueurs cette saison. Mais voilà, Passi dispose d’un effectif conséquent et il va devoir faire des choix dans tous les secteurs de jeu.

Devant Yohan Pelé, il fut un temps question de jouer à cinq défenseurs, mais il semble que Franck Passi privilégie un schéma à quatre défenseurs. À droite, Hiroki Sakai paraît être le numéro 1, Rod Fanni pourrait le suppléer tout comme Zambo Anguissa qui a été testé à ce poste. Dans l’axe, la paire Hubocan-Doria (de retour en grâce) semble tenir la corde, mais Rekik, Rolando et Fanni peuvent aussi assurer ce poste. Enfin, sur le côté gauche de la défense, Henri Bedimo part, légitimement, avec une longueur d’avance, mais pendant son absence sur blessure c’est le défenseur néerlandais qui a occupé le poste. Le jeune Alphousseyni Sané peut lui aussi occuper une place dans la rotation, ce qui laisse l’embarras du choix à l’ancien adjoint de Bielsa.

Passi a de quoi prouver ce qu’il vaut

Si l’on se fie à la dernière rencontre officielle de l’OM face à Lorient (victoire 2-0 des Marseillais), Passi articulerait son système avec deux milieux défensifs et deux milieux excentrés. Contre les Merlus, Zinédine Machach accompagnait Lassana Diarra et l’ex-Toulousain a fait une partie grandiose. Passi espère toujours le retour d’Abou Diaby, mais devrait plutôt compter sur William Vainqueur pour accompagner son capitaine. Une nouvelle fois, un passage à trois au milieu n’est pas à exclure, puisque Zambo Anguissa peut rentrer en jeu. Il avait d’ailleurs été plutôt généreux lors de la rencontre contre Lorient. Enfin, sur les ailes, Cabella à gauche et Thauvin à droite partent avec une avance certaine. Bouna Sarr et Romain Alessandrini devraient lutter avec eux, tandis que le nouvel arrivé Njie évoluerait davantage dans l’axe, même s’il peut aussi jouer sur une aile comme il l’a fait lors de son passage à l’Olympique Lyonnais.

Devant, la place de buteur numéro un est attribuée à Bafétimbi Gomis qui a ouvert son compteur marseillais contre Lorient il y a deux semaines maintenant. Pour l’accompagner, Clinton Njie devrait avoir sa chance tout comme le jeune Aron Leya Iseka qui fut assez intéressant contre l’équipe de Sylvain Ripoll. Quoi qu’il en soit, Franck Passi a les armes pour faire parler de lui et montrer qu’il a sa place sur le banc olympien. Avec l’arrivée du - probable - nouvel actionnaire Franck McCourt, il sait qu’il devra montrer bien plus que ce qu’il fait depuis le départ de Michel la saison passée. Et cette fois, comme l’a dit Rafael Alkorta, l’ancien adjoint de Michel, l’effectif est plus riche. « Je pense que l’OM a cette saison une meilleure équipe que la saison passée. Oui, je le pense sincèrement. C’est une équipe un peu plus mûre », déclarait-il en août dernier. C’est désormais à Passi de jouer.