La 15e journée de Ligue 1 accouchait ce soir d’un alléchant Marseille-Monaco au Vélodrome. Les deux équipes, décevantes jusque-là en championnat espéraient profiter de la fenêtre du dimanche soir pour retrouver la lumière. 12e avant le début de la rencontre, l’OM restait tout de même sur une série de deux victoires toutes compétitions confondues dont un succès à Saint-Etienne le week-end dernier. Michel faisait d’ailleurs confiance en ses hommes forts et confirmait certaines tendances. Dja Djédjé était préféré à Manquillo, comme Isla au milieu qui a supplanté Lucas Silva. Alessandrini retrouvait une place de titulaire à la place de Ocampos. En face, Monaco a également besoin de points afin de bonifier son court succès contre Nantes il y a une semaine. Face à ses difficultés derrière et privé d’un grand nombre de cadres (Lemar, Toulalan, Dirar), Leonardo Jardim sortait une équipe à vocation très défensive. Fabinho évoluait au milieu, Coentrao montait d’un cran pour évoluer milieu gauche en soutien de Carrillo.

Une formation qui avait bien du mal en début de match. Marseille dominait et tentait de créer du danger en privilégiant le côté gauche. Monaco répondait par quelques rares contres qui arrivaient à peine à franchir la ligne médiane. Et c’est d’ailleurs suite à un centre venu de Mendy, qu’Alessandrini trompait Subasic à bout portant après un contre favorable (1-0, 12e). L’ouverture du score avait pour effet d’atténuer la vigilance des Marseillais. Almany Touré parvenait à se démarquer pour reprendre victorieusement un coup-franc de Coentrao (1-1, 19e). Le match devenait alors assez curieux. Les deux équipes laissaient de nombreux espaces au milieu de terrain et offraient des situations chaudes. Après avoir passé Diarra, Moutinho décalait Coentrao qui assurait mal sa passe à destination de Carrillo. L’Argentin se trouvait pourtant dans une situation idéale (23e). Coupable de quelques erreurs techniques, Batshuayi armait son tir mais ne trouvait que le poteau (36e). Mal lui en a pris car le jeune Touré s’offrait un festival quelques instants plus tard. Après avoir récupéré un ballon sur sa ligne médiane, le latéral droit résistait à deux Marseillais, crochetait Rekik, lequel se retrouvait par terre, et crucifiait Mandanda de près (1-2, 39e).

Après une bonne entame de match, l’OM revenait à la pause mené au score. De quoi donner des idées pour égaliser en seconde période. Après avoir vu Wallace revenir au dernier moment dans ses pieds (50e), Batshuayi profitait d’une sortie manquée de Subasic pour marquer un but opportuniste (2-2, 51e). Et comme après son premier but, Marseille reculait et procurait des coups de pied arrêtés dangereux à l’ASM. Mandanda devait s’employer pour sortir une nouvelle tentative de Touré (57e). Sur le corner suivant, le portier olympien était même gêné par Rekik. Heureusement pour eux, Echiejile manquait le cadre d’un rien (58e). Mandanda était décidément l’homme de cette seconde période côté marseillais. Il repoussait un centre d’Helder Costa alors que Carrillo rodait (60e) puis captait une frappe trop molle de l’Argentin (64e). Ce qui devait arriver arriva, Coentrao battait enfin le portier et redonnait l’avantage aux asémistes (2-3, 72e). L’OM aura eu le mérite de ne jamais renoncer et Nkoudou égalisait après une frappe ratée d’Ocampos (3-3, 82e). Dans un match spectaculaire mais finalement d’un niveau assez faible, les deux équipes se quittent sur ce nul qui n’arrange personne.

L’homme du match : Coentrao (8) il y a une certaine technique chez ce joueur. A l’image de son coup-franc déposé sur le pied de Touré (19e) et un enchaînement dribble-passe extérieur du pied, le Portugais sait manier le ballon. Pas toujours inspiré défensivement ni rapide, il distille des coup-francs parfaits et fait ce qu’on attend de lui. Il a été décisif ce soir. Remplacé par El Shaarawy (89e).

Marseille :

- Mandanda (6) : il a beau en avoir pris trois, sans lui, Marseille serait reparti avec une valise de buts. Solide devant Fabinho (29e), il se détend parfaitement sur une tentative de Touré (54e) et bloque le tir de Carrillo (60e). Il a tout de même eu du mal sur quelques sorties aériennes où il n’a pas toujours été aidé par Rekik notamment.

- Dja Djédjé (6) : Préféré à Manquillo, il n’a pas semblé en difficulté face à deux latéraux de métier. Rarement inquiété par la vitesse ou les débordements adverses, il a tout de même offert trop d’espace à Coentrao qui a laissé parler sa technique. Il a placé quelques montées bien senties.

- Nkoulou (5,5) : le Camerounais a été rassurant par sa présence mais il a commis quelques erreurs de placement préjudiciables (23e, 57e, 64e,). La faute aussi au mauvais match de son partenaire dans l’axe. Doté d’une bonne technique, ses relances ont lancé le jeu de son équipe.

- Rekik (2,5) : il a vécu un match terrible. Déjà fautif de marquages trop laxistes, il commet également des fautes évitables proches de sa surface (25e). Après avoir perdu deux ballons consécutifs qui ont mis son équipe en danger (36e, 37e), il s’est fait surprendre par le crochet d’Almany Touré (39e). Il a même gêné son gardien sur une sortie de celui-ci (55e). Remplacé par Lucas Silva (74e).

- Mendy (4,5) : en quête de rachat après sa bourde face à Groningue, l’international espoir a soufflé le chaud et le froid ce soir. A l’aise offensivement, il a su proposer des solutions dans son couloir. Le but d’Alessandrini arrive d’ailleurs à la suite d’un de ses centres (12e). Sur les taches défensives en revanche, ça a été plus compliqué. Il oublie Touré sur le premier but de celui-ci (19e) et connu des soucis face à Helder Costa. De quoi plomber sa note. Averti (75e).

- Diarra (5,5) : il n’a pas réalisé son meilleur match ce soir. Il a eu des difficultés à contrôler le milieu de terrain. La faute à un Moutinho inspiré ce soir et qui l’a parfois enrhumé (23e). Battu par l’engagement de Touré sur son second but (39e), puis par Coentrao de la tête (72e), il n’a pas toujours été heureux dans ses choix. En revanche, il est toujours aussi précieux pour trouver les bons décalages.

- Isla (4) : c’est l’une des déceptions de la soirée. Alors qu’il devait offrir un certain équilibre au bloc et davantage de liberté à Lassana Diarra, le Chilien s’est fait bouger tout le long du match au milieu. Dépassé notamment par Fabinho (29e), il a semblé à court physiquement. Un bon retour tout de même sur El Shaarawy (90+1e).

- Alessandrini (5) : revenu dans le onze de départ, il a encore effectué un match moyen. Inspiré au début de match, il a animé son couloir, avant de marquer un but, certes plein de réussite, mais d’attaquant (12e). Par contre, il s’est éteint au fur et à mesure de la rencontre et a même été remplacé par Ocampos (77e) qui délivre une passe décisive en tentant de frapper (82e).

- Cabella (5) : très en vue face à Saint-Étienne, l’ancien joueur de Montpellier a connu beaucoup de déchet dans son jeu ce soir. Trop discret face à la supériorité du milieu de terrain adverse, il est notamment bougé à l’épaule par Touré sur son deuxième but. En phase offensive, il a trop rarement influencé le jeu de son équipe. Du mieux sur la fin de match. A une seule reprise, il parvient à faire la différence sur une passe, sur le but égalisateur de Nkoudou (82e).

- Nkoudou (7) : il n’en finit plus de convaincre tous les observateurs. Aligné coté gauche, il a beaucoup animé son couloir, obligeant Helder Costa à (mal) défendre. Adroit techniquement et doté d’une belle vista, il a délivré les siens en égalisant en toute fin de match (82e). Petit reproche, il commet encore trop de fautes en phase défensive.

- Batshuayi (6) : comme face à Saint-Étienne, il sauve son match par un but plein d’opportunisme (51e). Pourtant tout n’est pas à jeter mais il a besoin d’épurer son jeu. Redoutable lorsqu’il se met en position de frappe, il avait d’abord trouvé le poteau (37e) avant de voir Wallace le contrer au dernier moment (50e). Il a en revanche manqué de justesse technique notamment dans son rôle de pivot (17e, 32e).

Monaco :

-  Subasic (4,5) : soirée difficile pour le Croate. S’il a commis peu d’erreurs, sa main aurait pu être plus ferme sur l’ouverture du score (12e). Il effectue également une sortie très approximative sur le 2e but marseillais. 3 buts encaissés, c’est quand même non négligeable.

-  Touré (7) : le Malien n’est pas prêt d’oublier cette rencontre. Pas toujours adroit, il s’est pourtant mué en héros. Doté ce soir d’une forte activité offensive, l’arrière droit a inscrit un doublé (19e, 39e). Il est même passé tout proche d’un improbable triplé après un coup-franc. Il est cependant en retard sur le 3e but marseillais. Dommage.

-  Raggi (5) : l’expérimenté défenseur italien a montré ce soir sa palette. Malheureux et pas forcément très inspiré sur l’ouverture du score marseillaise, il a cependant affiché une certaine puissance physique et beaucoup de métier. Il a toutefois été trop souvent dépassé par la vitesse de Cabella.

-  Wallace (5) : sauveur sur sa ligne à la 50e minute, le Brésilien a apporté une grosse débauche d’énergie et beaucoup de combativité. Mais à l’image de sa défense, il a encaissé beaucoup de buts ce soir et n’a su se montrer réellement décisif. Dans une équipe qui était venue pour ne pas prendre de but…

-  Echiejile (5,5) : plus puissant que technique, l’ancien Rennais a beaucoup cafouillé notamment en première période. Il a également raté une énorme occasion seul face au but après un corner (55e). Il se rattrape en distillant un centre repris de façon victorieuse par Coentrao. Averti à la 93e minute. Match correct au final.

-  Moutinho (6,5) : très précieux, comme à son habitude, l’ancien joueur de Porto a récupéré beaucoup de ballons et affiché une certaine technique. Peut-être moins tranchant qu’à l’accoutumée dans un schéma très défensif, il est cependant à créditer d’un match correct et solide.

-  Fabinho (6) : beaucoup de montées intéressantes, des passes millimétrées et des bons choix. Dans une équipe qui se présentait avec des idées défensives, il s’est souvent projeté vers l’avant. Sans être décisif, il a réalisé une bonne prestation ce soir.

-  Bakayoko (5) : manifestement en manque de rythme, le jeune milieu de terrain a eu du mal à se faire une place au milieu de terrain. Quelques ballons perdus malgré une activité intéressante. Un match moyen et sans relief.

-  Coentrao (8) : voir ci-dessus.

-  Costa (6,5) : plutôt remuant, le joueur prêté par le Benfica a provoqué plusieurs fautes et effectué de bons appels. Sa passe pour Carrillo (65e) aurait pu, et dû être mieux exploitée. Un match intéressant. Remplacé par Bernardo Silva (74e).

-  Carrillo (4) : à défaut d’être génial, l’Argentin est très utile dans le jeu dos au but et très combatif. Il est notamment présent en remise sur le deuxième but de Touré. Son manque de technique ne lui a cependant pas permis de se mettre réellement en évidence. Idéalement positionné, il rate notamment une grosse occasion à la 65e minute. Remplacé par Traoré (87e).

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10