Décidément, cette rencontre entre l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais (2-1, dimanche dernier) fait beaucoup parler. Dès la fin de la rencontre, Jean-Michel Aulas ne s’est pas privé de dégainer sur l’ambiance (qu’il juge délétère) autour de la rencontre et surtout sur la prestation de l’arbitre de la rencontre Antony Gautier, qui n’aurait pas vu, même avec l’aide de l’assistance vidéo, une main de Sanson avant celle de Thiago Mendes et qui n’aurait donc pas dû siffler le penalty.

La direction technique de l’arbitrage (DTA), via son président Pascal Garibian, avait expliqué cela aux médias lors de la présentation du centre opérationnel de la VAR, dans le centre de Paris, à laquelle Foot Mercato a participé. Mais les commentaires se faisaient de plus en plus présents sur les réseaux sociaux et de la part de certains agitateurs bien connus à la télévision et à la radio. Ce mercredi, l’Olympique de Marseille s’était enfin résolu à réagir via un communiqué.

L’OL répond à l’OM

« L’Olympique de Marseille s’étonne que la direction technique de l’arbitrage ait pris des positions publiques à l’encontre d’une décision arbitrale 48 heures après une rencontre ayant opposé Marseille à Lyon. Cette attitude, pour le moins inhabituelle, a été reprise par Monsieur Jean-Michel Aulas, Président du club de Lyon et par ailleurs membre du comité exécutif de la Fédération Française de Football, organe dont dépend la direction technique de l’arbitrage. Ce dernier a fustigé les "erreurs de la VAR et le climat insurrectionnel" qui a caractérisé cette rencontre jouée dans un "État de non-droit" », pouvait-on ainsi lire sur le communiqué phocéen.

Et il ne fallait pas attendre non plus très longtemps avant que le truculent président lyonnais Jean-Michel Aulas ne ponde une réponse bien acérée contre cette première missive marseillaise. « L’Olympique Lyonnais tient à rappeler que dès son arrivée à l’aéroport de Marseille, des insultes et des menaces ont été proférées par des supporters marseillais appelant entre autre à « caillasser le bus ». Sur ce point, l’OL précise que l’utilisation de son bus officiel, équipé d’un triple vitrage, se justifiait naturellement par une sécurité bien supérieure à celui d’un bus banalisé où les vitres auraient été pulvérisées par les projectiles lancées sur le trajet menant les joueurs, entraîneurs et dirigeants au stade Vélodrome. L’OL rappelle que 5 impacts de boulons sur le bus, projetés avec violence, ont été retrouvés dans les débris de verre et recensés par le délégué du match », est-il ainsi écrit. Si le match sur le terrain s’est terminé ce dimanche soir, celui en dehors est encore loin d’être fini, d’autant que la commission de discipline de la LFP va aussi passer par là...

Le communiqué intégral

« L’Olympique Lyonnais a pris connaissance avec étonnement du communiqué de presse de l’Olympique de Marseille publié ce jour et confirme que de sérieux incidents sont intervenus lors de l’arrivée du bus de son équipe dimanche soir au Vélodrome ainsi que tout le long de la rencontre et regrette toutes déclarations pouvant nier ou minimiser des faits avérés qui ont été filmés et diffusés par les médias et sur les réseaux sociaux.

L’Olympique Lyonnais tient à rappeler que dès son arrivée à l’aéroport de Marseille, des insultes et des menaces ont été proférées par des supporters marseillais appelant entre autre à « caillasser le bus ». Sur ce point, l’OL précise que l’utilisation de son bus officiel, équipé d’un triple vitrage, se justifiait naturellement par une sécurité bien supérieure à celui d’un bus banalisé où les vitres auraient été pulvérisées par les projectiles lancées sur le trajet menant les joueurs, entraîneurs et dirigeants au stade Vélodrome. L’OL rappelle que 5 impacts de boulons sur le bus, projetés avec violence, ont été retrouvés dans les débris de verre et recensés par le délégué du match.

Quand l’Olympique de Marseille évoque dans son communiqué « une ambiance unique en France et en Europe » et que « le spectacle en tribune a assuré une promotion exceptionnelle dans le monde entier » est fantaisiste et totalement irresponsable. Notre championnat ne pouvait pas renvoyer une plus mauvaise image que celle affichée dimanche soir par la multitude d’événements et d’incidents qui ont émaillé la rencontre :

- Boucliers déployés par la police nationale au moment de frapper des corners où lors du remplacement de Bertrand Traoré, escorté par la Police, jusqu’à sa sortie du terrain

- Jets de projectiles

- L’arrêt du match par Antony Gautier en raison de très nombreux fumigènes

- Nombreux pétards

- Des lasers pointés sur Anthony Lopes avant le pénalty de Dimitri Payet et sur certains corners obligeant le speaker à intervenir pour les faire cesser

- Des insultes proférées à l’encontre de Rudi Garcia

- Le manque très exagéré de fair-play des ramasseurs de balles empêchant les joueurs de récupérer le ballon rapidement allant à le projeter dans le sens inverse des joueurs de l’OL

- L’attitude irrespectueuse de Dimitri Payet à la fin du match allant jusqu’à s’approcher du banc de Rudi Garcia pour créer l’incident

Enfin, contrairement à ce que le club marseillais a dénoncé dans son communiqué, le président de l’OL n’a tenu aucun propos fantaisiste. Jean-Michel Aulas s’est simplement contenté de rapporter des faits établis qui ne devraient pas intervenir dans l’organisation d’une manifestation sportive et qu’il ne suffit pas de nier ou de minimiser pour s’en dégager de toute responsabilité, créant une pression, sur les joueurs de l’OL et probablement sur les arbitres et délégués, indigne d’un grand match du championnat de France de Ligue 1 ».