A quarante huit heures du Classique face au PSG (21 heures), Rudi Garcia est apparu plutôt serein face à la presse. Si le technicien marseillais n’occulte pas l’importance d’un tel match aux yeux des supporters, ce dernier ne souhaite visiblement pas accentuer la pression sur ses troupes. Conscient qu’il existe une classe d’écart entre les deux équipes, du moins sur le papier, Garcia a pris soin de planter le décor avec précaution. « Cela ressemble à un match de coupe. Si on gagne c’est un exploit, si on fait nul c’est un très bon résultat, et si on perd, on fera en sorte que cela soit le plus dignement possible, » confiait l’entraîneur olympien.

Où comment rester hermétique à la pression... On l’a bien compris, l’heure est à la mobilisation côté phocéen sans pour autant se focaliser sur l’incroyable attente suscitée par un tel rendez-vous. Car face à l’armada offensive parisienne, il ne faudra surtout pas être inhibé. Et Rudi Garcia va s’évertuer à creuser plusieurs pistes jusqu’à dimanche pour gêner aux entournures le Paris Saint-Germain. Ce dernier a d’ailleurs livré quelques ingrédients à ce sujet. « Il faudra afficher de la cohésion, de la solidarité, bien utiliser le ballon quand on le récupérera, avoir un état d’esprit d’équipe et se lâcher sur le plan psychologique. Et s’il le faut, on mettra d’autres ingrédients, » décryptait ainsi l’ancien coach de l’AS Roma.

Rudi Garcia craint tout le monde au PSG

Celui-ci a évidemment scruté avec attention la performance de Montpellier qui a arraché un nul prometteur face au géant parisien. « Toutes les équipes qui ont joué le PSG, aucun de leur match ne se ressemble. Il y a les conditions aussi, il ne faudra peut-être pas tondre la pelouse dimanche comme l’a fait Montpellier. Ce n’est pas toujours les plus forts qui gagnent au foot. Tout sera important, le défi physique, la manière d’aborder ce match aussi. Il faut que tout le monde soit à 120% dimanche, » lâchait ainsi Garcia.

Interrogé sur la difficulté de contenir Neymar et Kylian Mbappé, l’entraîneur marseillais a rectifié la chose en conférence de presse. Pour lui, tous les joueurs parisiens représentent un réel danger. « Il ne faut pas s’occuper que de Neymar ou de Mbappé. Il faut s’occuper de tout le monde au PSG, de Rabiot, de Cavani, Verratti... » Même si le parcours s’annonce semé d’embûches dimanche, Rudi Garcia affiche clairement ses ambitions. « Je crois en ce groupe, je pense qu’il est capable de faire un résultat dimanche. » Après six années de disette, l’OM va-t-il rompre le signe indien ? Réponse dimanche soir...