En ces jours de fêtes, Foot Mercato vous offre une plongée originale dans le monde du football en vous proposant de découvrir ces métiers méconnus de la planète ballon rond. Prenons aujourd’hui la direction de Lyon, pour y rencontrer Aymeric Genin. Community Manager de l’OL, il vous raconte son parcours et son arrivée au club : « J’ai fait une école de communication plutôt généraliste, mais à l’époque on n’abordait pas du tout les réseaux sociaux qui n’étaient pas encore arrivés en France. En 2004, j’ai d’abord effectué un stage pour les journalistes Cyril Collot et Sébastien Vuagnat afin de les aider dans leurs recherches pour le livre "Histoire du Derby OL/ASSE". C’était le premier contact professionnel que j’ai eu avec l’OL, même si je n’étais pas encore réellement au club. En 2005, j’ai fait mon stage de fin d’études à OL Images, où je m’occupais de différents aspects du site web (rédaction, vidéo, service-clients...) et j’ai été embauché en 2006. Je suis Community Manager depuis l’été 2011 ».

Mais alors, au quotidien, en quoi consiste ce métier ? « D’une part, la gestion et l’animation de la communauté. Ça englobe plusieurs choses telles que la création de contenu, la modération, les réponses aux questions des supporters. Il y a aussi un travail d’analyse qui consiste à étudier pourquoi tel ou tel post a mieux fonctionné qu’un autre, le but étant de s’améliorer pour les fois suivantes. J’ai également beaucoup d’échanges entre les différentes composantes du club (sportif, OLTV, commercial, événementiel…) qui sont amenées à me transmettre des informations et des contenus. Ça m’arrive aussi de conseiller les joueurs, mais principalement sur des aspects techniques. Pour ce qui est du contenu, je laisse les joueurs gérer comme ils le souhaitent. En revanche, nous allons mettre en place « des formations » destinées aux jeunes joueurs du centre de formation afin de les sensibiliser à l’utilisation des réseaux sociaux », annonce-t-il.

Community Manager, un métier multi-tâches

Des tâches variées donc, et une adrénaline toute particulière les jours de match : « Un jour de match à domicile, je viens au stade avant l’arrivée des joueurs, donc à H-2 environ. Selon l’importance des matches, j’ai plus ou moins de contenus récurrents que je diffuse sur les réseaux sociaux (photos des maillots dans le vestiaire, arrivée du bus, reconnaissance pelouse, échauffement, compo, etc). Ensuite, je live-tweet les faits marquants du match. En après-match, je relaie les réactions qui sont recueillies sur OLTV. Je me déplace en revanche rarement à l’extérieur, et du coup je m’appuie sur certaines personnes du club pour me transmettre des choses comme expliqué précédemment », poursuit le Community Manager rhodanien. Il faut donc avoir une omniprésence sur les réseaux sociaux, et notamment Twitter, qui permet de donner aux internautes un maximum d’informations. Reste à trouver le ton juste :

« Ce n’est ni simple ni compliqué. Il faut juste très bien connaître son club. Je pense d’ailleurs que c’est la même chose pour les CM de n’importe quelle entreprise. Pour avoir une communication adaptée et efficace, il faut maîtriser l’histoire et les valeurs de son entreprise. Chaque club a son ton, et l’important est de véhiculer la meilleure image possible. C’est assez rare que je fasse un tweet pour chambrer. Ce soir-là après le derby, ça a été assez instinctif. Tous les Lyonnais étaient déçus, moi le premier, et je pense que c’était le bon moment de le faire tout en reconnaissant la supériorité de notre adversaire. Plus que de chambrer, l’idée était plutôt de tenter de redonner le sourire aux supporters lyonnais et de dédramatiser ».

Alors, êtes-vous intéressés à l’idée d’embrasser cette voie ? Aymeric Genin vous donne en tout cas quelques clés pour arriver à vos fins : « Que ce soit dans le sport ou non, je conseillerais déjà de bien suivre l’actualité du web et des réseaux sociaux. Il y a des sites spécialisés qui donnent des infos très intéressantes sur les nouveautés, les tendances, etc. Ensuite, il faut savoir que c’est un métier très prenant notamment dans le sport. On peut être amené à être disponible n’importe quel jour et à n’importe quelle heure, donc il faut vraiment aimer ce que l’on fait ». À vous de jouer !