« Je me sens bien ici, donc c’est pour ça que je n’avais aucune raison d’aller voir ailleurs. » Récemment interrogé sur son statut de remplaçant à Paris depuis le début de la saison, Julian Draxler (24 ans) n’affichait pas de spleen pour évoquer son faible temps de jeu sous l’ère Thomas Tuchel (35 minutes en trois matches de Ligue 1). Loin de là. Désireux de se battre pour sa place, l’international allemand (47 capes, 6 buts) a toutefois expliqué pourquoi il a connu un retard à l’allumage au début du championnat.

« Le projet à Paris est très ambitieux et la concurrence est très forte, surtout à mon poste. Je suis revenu tard et je me suis blessé à Singapour et je ne pouvais pas m’entraîner. Donc je n’ai joué que 20 minutes et quatre jours plus tard, j’ai reçu un coup au mollet », a-t-il déclaré au média allemand Sport 1. Un démarrage tronqué que le joueur souhaite corriger. Et pour ce faire, Draxler a annoncé la couleur, bien décidé à ne pas baisser les bras.

« Je ne peux pas me permettre de rester dans ma zone de confort, je dois me sortir de là et me bouger aux entraînements. Je dois démontrer à Tuchel que je l’ai convaincu. Les entraînements de Tuchel sont variés et il nous en demande beaucoup. Vous ne pouvez pas vous donner qu’à 80% lors des entraînements. Tuchel le remarque assez vite et il intervient de manière assez forte. » Convoqué pour la réception de l’AS Saint-Étienne ce soir à 20h45, Draxler aura peut-être une nouvelle occasion de montrer son envie de bien faire.